En salle

Gueule d’ange

20 septembre 2018

| PRIMEUR |
Semaine 38
Du 21 au 27 septembre 2018

RÉSUMÉ SUCCINCT
Une jeune femme vit seule avec sa fille de huit ans. Une nuit, après une rencontre en boîte de nuit, la mère décide de partir, laissant son enfant livrée à elle-même.

CRITIQUE
| Jean Beaulieu |

★★ ½

MÈRE INDIGNE, FILLE PERDUE

Premier long métrage de Vanessa Filho, photographe, vidéaste et musicienne établie, Gueule d’ange ne remplit pas toutes ses promesses. Alors que ce récit d’une fillette laissée à elle-même par une mère irresponsable, narcissique et égoïste (campée par une Marion Cotillard presque méconnaissable, qui en rajoute) pouvait laisser entrevoir un Florida Project hexagonal, du fait de son sujet et ses images aux couleurs saturées, nous nous trouvons plutôt en présence d’un mélodrame qui se termine pratiquement sur une note disneyenne (d’un tout autre ordre que dans le film de Sean Baker).

Pourtant, la réalisatrice démontre un certain doigté, comme en témoigne sa mise en scène rigoureuse, suivant à bras le corps les péripéties de sa jeune héroïne et de sa mère erratique, avec une caméra à l’épaule qui les traque sans répit dans le style des frères Dardenne. Aussi, dirige-t-elle de façon remarquable la petite Ayline Aksoy-Etaix (très convaincante et naturelle dans le rôle d’Elli, 8 ans), réussissant à maintenir son jeu crédible, à quelques exceptions près, dans des paramètres qui pourraient facilement se révéler trop grands pour elle.

Le dénouement surdramatisé précipite inutilement Gueule d’ange
dans les pièges du spectaculaire ou du « réalisme magique »,

alors que tout ce qui précédait tendait vers un naturalisme troublant.

C’est toutefois sur le plan du scénario que le bât blesse, surtout dans la seconde moitié du film. Après une montée dramatique efficace montrant la fillette s’enliser dans un comportement calqué sur celui de sa mère, à la suite de la démission de celle-ci, le film pêche par excès de bons sentiments, avec cette figure paternelle de substitution (Albert Lenoir, néanmoins très juste) trouvée in extremis pour relancer l’intrigue, ainsi que par quelques invraisemblances facilement escamotées. Le dénouement surdramatisé précipite inutilement Gueule d’ange dans les pièges du spectaculaire ou du « réalisme magique », alors que tout ce qui précédait tendait vers un naturalisme troublant.

Sortie
Vendredi 21 septembre 2018

V.o.
français


Réal.
Vanessa Filho

Genre
Drame

Origine
États-Unis

Année : 2018 – Durée : 1 h 51

Dist.
Axia Films.

Horaires & info. @
Cinéma Beaubien
Cineplex

Classement
Interdit aux moins de 13 ans

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon.
★★ Moyen. Mauvais. 0 Nul
½ [Entre-deux-cotes]

2022 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.