En salle

En guerre

30 août 2018

| PRIMEUR |
Semaine 35
Du 31 août au 6 septembre 2018

RÉSUMÉ SUCCINCT
Malgré de lourds sacrifices financiers de la part des salariés et un bénéfice record de leur entreprise, la direction de l’usine Perrin Industrie décide néanmoins la fermeture totale du site.

CRITIQUE
| Émile Baubiat |

 ★★★  ½

DE LUTTE LASSE

Avec En guerre, le réalisateur Stéphane Brizé, deux fois nommé aux César (en 2013 pour Quelques heures de printemps et en 2016 pour La Loi du marché) nous fait part de sa colère et lance en compagnie de son acteur phare Vincent Lindon un cri d’alerte quant à la situation de nombreux ouvriers français. En quelque sorte, une synthèse de plusieurs luttes sociales en s’inspirant directement de conflits qui ont réellement eu lieu en France entre syndicalistes et actionnaires. Le cadre de sa fiction est d’ailleurs des plus réalistes : le terrain de cette lutte, au sein de Perrin Industrie, usine implantée dans la ville d’Agen, dans le sud-ouest de la France et qui est promise à la délocalisation. Poussés par des actionnaires toujours plus exigeants en matière de rentabilité, les dirigeants de l’usine n’ont d’autre choix que de réduire les coûts de production en allant s’implanter ailleurs, laissant par la même occasion près de 1 100 salariés sans travail ni aides.

Pour leur quatrième collaboration, l’acteur et le réalisateur se sont totalement investis dans ce projet pour montrer au grand jour les difficultés des travailleurs au quotidien, solidaires dans la lutte mais impuissants face à la loi des grands actionnaires. En guerre relate de drames humains réels généralement passés sous silence et qui mériteraient pourtant plus d’attention.

Voici un film nécessaire, d’une puissante
force narrative et d’une beauté lumineuse.

Stéphane Brizé abordait déjà ce thème dans La loi du marché. Vincent Lindon le rôle d’un quinquagénaire au chômage, contraint d’accepter un emploi de gardien de sécurité dans un supermarché pour subvenir aux besoins de sa famille. Ici, rien n’est laissé au hasard : les scènes de lutte ouvrières sont filmées comme s’il s’agissait de faits vécus, selon une approche quasi documentaire, également nourries d’un mélange de « vraies-fausses » images d’archives de journaux télévisés qui retracent les réunions entre syndicalistes, les blocages d’usine, la police qui s’en mêle.

Encore une fois, presqu’un documentaire-fiction où certains protagonistes incarnés par des non professionnels jouent d’ailleurs leurs propres rôles. Progressivement, on assiste à une sorte de radicalisation de quelques employés, se trouvant dos au mur, et les divisions venant gangréner la lutte.

Mais En guerre est surtout la trajectoire filmée au jour le jour d’un homme charismatique, peu à peu lâché par ses pairs et qui se retrouvera seul face à son destin. Porté par un montage brut et sensible, à l’image du personnage joué par Vincent Lindon, voici un film nécessaire, d’une puissante force narrative et d’une beauté lumineuse.

Sortie
Vendredi 31 août 2018

V.o.
français


Réal.
Stéphane Brizé

Genre
Drame sociale

Origine
France

Année : 2018 – Durée : 1 h 54

Dist.
MK2 | Mile End

Horaires & info. @
Cinéma Beaubien
Cineplex

Classement
Interdit aux moins de 13 ans

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon.
★★ Moyen. Mauvais. 0 Nul
½ [Entre-deux-cotes]

2020 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.