En salle

Detective Dee: The Four Heavenly Kings

2 août 2018

| PRIMEUR |
Semaine 31
Du 3 au 9 août 2018

— 

RÉSUMÉ SUCCINCT
Dans ce troisième épisode, le Détective Dee doit se défendre des accusations que porte sur lui l’impératrice Wu.

LE FILM DE LA SEMAINE
| Yves Gendron |

★★★  ½

LE DETECTIVE, L’IMPÉRATRICE ET LES MAGICIENS.

Detective Dee: The Four Heavenly King est la suite de Young Detective Dee: Rise of the Sea Monster, lui-même préquelle de Detective Dee: Mystery of the Phantom Flame. Ce sont tous des films mit en scène par une des figures éminentes du cinéma de Hong-Kong : le cinéaste Tsui Hark

Chef du bureau des enquêtes spéciales, Dee doit d’abord contrer les machinations paranoïaques de l’impératrice Wu le visant puis contrecarrer les guerriers du vent, une puissante secte cherchant à détruire la dynastie Tang.

Avec ce troisième Dee, Tsui prouve à nouveau qu’il est le maître du cinéma CGI chinois tout comme il avait été jadis celui du Wire fu (films martiaux recourant au trucage de câble dans les scènes d’action). Tout comme dans les deux autres films Dee, Tsui récréé une dynastie Tang luxurieuse et des scènes d’action extravagantes incluant souvent des monstres gigantesques (dont un gorille albinos géant et des dragons volants). Surtout, il présente une superbe galerie de magiciens malfaisants dont l’apparence grotesque n’a d’égale que leurs pouvoirs d’illusion fantasmagorique.

Détective Dee III met en relief le génie particulier de Tsui Hark qui passe à travers non seulement une expertise des effets spéciaux et une imagination visuelle fertile mais une volonté sans faille d’aller dans la démesure, certes maniérée, mais ô combien conquérante.  

Assez curieusement tant la trame du film que ses personnages de magiciens évoquent ce que l’on retrouve dans une vieille comédie de l’acteur Stephen Chow, Forbidden City Cop (1998). Ce film dérivait lui-même ses propres personnages grotesques d’un cycle de comédies kung-fu fantastiques créés par le metteur en scène chorégraphe Yuen Woo Ping, des années 80 et connu communément comme la série des Miracle Fighters. Ces emprunts ne devraient guère surprendre quand l’on considère que Tsui Hark a toujours fait dans le recyclage créatif (du serial des Wong Fei Hung à Creature of the Black Lagoon) et qu’il a collaboré tout récemment dans des films avec à la fois Chow et Yuen.

Detective Dee ne saurait plaire à ceux qui tiennent
le spectacle CGI en horreur. Ceux qui ont un certain sens de
l’exubérance et du merveilleux y trouveront leur compte.
Finalement, Dee est un divertissement, certes,
surfait, mais adéquatement ludique et amusant.

Comparée à la splendeur du spectacle visuel, la cohérence narrative dans Detective Dee III et sa galerie des personnages laissent un peu à désirer (un autre trait récurent chez Tsui, celui la moins positif). En comparaison aux méchants grotesques du film, Dee parait ainsi assez fade tant dans son apparence que dans sa personnalité. Ces pouvoirs de déduction sont également moins explorés. Le personnage de son ami/rival est assez caricatural avec ses grands yeux exorbitants et des dialogues constamment hurlés alors que la plupart des acolytes du détective sont à peine esquissés. Toutefois, la relation mi- amoureuse mi- comique entre un des acolytes et une jeune assassine paraît des plus cocasses. En fin de compte, comme dans les autres films de la série Dee c’est Carina Lau qui s’en tire le mieux avec son personnage d’impératrice impérieuse et plus qu’un brin mégalo.

Bien que plein de rebondissements et de CGI spectaculaires, le dénouement souffre toutefois de l’emploi d’un deus ex machina qui semble assez banal et relègue presque Dee au rang de faire valoir. Ce dernier se clôt également sur une série de fins à n’en plus finir au cours du générique final. Detective Dee ne saurait plaire à ceux qui tiennent le spectacle CGI en horreur. Ceux qui ont un certain sens de l’exubérance et du merveilleux y trouveront leur compte. Finalement, Dee est un divertissement, certes, surfait, mais adéquatement ludique et amusant.

Chaque Detective Dee repose sur un des éléments de base avec une imagerie CGI développée en conséquence. L’élément de la nature dans Mystery of the Phantom Flame est le feu, celui de Rise of the Sea Monster, l’eau et dans Four Heavenly Gods l’air prédomine. Il ne reste que la terre, ce qui nous mène à nous poser des questions sur le prochain Detective Dee.

Sortie
vendredi 3 août 2018

Version originale
mandarin; s.-t.a. & chinois
Di Renjie zhi Sidatianwang

Réalisation
Tsui Hark

Genre
Aventures fantastiques

Origine
Chine

Année : 2018 – Durée : 2 h 12

Distributeur
A-Z Films

Horaires & info.
@ Cineplex

Classement
Tous publics
Déconseillé aux jeunes enfants

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon.
★★ Moyen. Mauvais. 0 Nul
½ [Entre-deux-cotes]

2022 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.