En salle à Montréal

Otez-moi d’un doute

14 juin 2018

| PRIMEUR |
Semaine 24
du 15 au 21 juin 2018

RÉSUMÉ SUCCINCT
Erwan, un démineur breton, apprend par hasard que son père n’est pas réellement son père. Surpris, il entreprend de retracer son véritable géniteur. Dans le même temps, il fait la connaissance d’Anna, une femme séduisante qu’il souhaite conquérir mais qui pourrait bien être sa demi-sœur.

CRITIQUE
| Élie Castiel |

★★★★

D’une tendresse fusionnelle

Si l’en se fie à la petite Bible des sorties, IMDb, Otez-moi d’un doute constitue le troisième long métrage de Carine Tardieu, après deux courts sujets, et les features (longs) La tête de maman (2007) et Du vent dans mes mollets (2012). Si j’en a raté un, tans pis !

Toujours est-il que le thème de la famille revient cette fois-ci en force puisque la talentueuse réalisatrice parle des origines. Le père et bientôt grand-père veut connaître son vrai père ; sa fille, enceinte, ne sait pas qui vraiment l’a rendue enceinte. Elle tient quand même à garder l’enfant.

Typiquement hexagonale comme scénario où les jugements moraux laissent la place à un humanisme distancié mais très présent. Les sentiments existent, mais ils doivent, selon l’étiquette bien française demeurés discrets. C’est seulement qu’on on a ras-le-bol, que les grosses disputes se créent.

Sans grande surprise, on a hâte de voir la fin approcher et le
happy-end entourer les personnages. Parfois, la fiction  dépasse
la réalité. Mais il arrive aussi le contraire. Tendre et captivant.

S’il est un des thèmes intéressants dans ce titre poétique, c’est celui de la perennité de la famille. La perdre, c’est comme un suicide, la chercher, c’est une quête de soi et de l’autre. Et pour les comédiens, c’est, en partie, retrouver, peut-être, une partie de soi. Car comédiens ou pas, nous venons tous de quelque part.

La femme décide, comme cet attrait entre Erwan, le démineur et la docteure Anna Levkine, campé respectivement par un François Damiens à qui on donnerait le bon Dieu sans confession et Cécile de France, n’y allant pas par quatre chemins. Le thème fragile de la judaïcité est montré discrètement, en filigrane. Il peut être deviné. Pas plus. Et tant mieux ! Il s’agit, comme il se doit, et parfois comme il se devrait, d’une France inclusive où la device est l’appartenance nationale.

Sans grande surprise, on a hâte de voir la fin approcher et le happy-end entourer les personnages. Parfois, la fiction dépasse la réalité. Mais il arrive aussi le contraire. Tendre et captivant.

Sortie
vendredi 15 juin 2018

V.o.
français

Réalisation
Carine Tardieu

Genre
Comédie dramatique

Origine
France / Belgique

Année
2017

Durée
1 h 40

Distributeur
A-Z Films Inc.

Horaires & info.
@ Cinéma Beaubien Cineplex

Classement
Tout public

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon.
★★ Moyen. Mauvais.
½ [Entre-deux-cotes]

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.