En salle à Montréal

Le brio

22 mars 2018

| PRIMEUR |
Semaine du 23 au 29 mars 2018

RÉSUMÉ SUCCINCT
Étudiante en première année de droit à l’Université Paris II Panthéon-Assas, Neïla Salah se présente à l’un de ses cours avec quelques minutes de retard. Cette arrivée déconcentre le professeur Pierre Mazard, un homme reconnu pour sa rigidité. Profondément irrité par ce qu’il considère comme de l’irrévérence, Mazard insulte Neïla et stigmatise ses origines arabes devant tout le groupe.

CRITIQUE
Élie Castiel

★★★

APPRENDRE OU À LAISSER

En bon méditerranéen, Yvan Attal est direct dans son propos, ne passe pas par quatre chemins devant les arguments racistes et parfois même inconsciemment misogynes de son personnage principal masculin, campé par un Daniel Auteuil, en pleine possession de ses moyens. Mais nous pardonnons ces offenses tant le scénario fait l’apologie du bien parler, art en perte rapide de vitesse, particulièrement depuis la mondialisation qui suit une tendance anglophone, quel que soit l’endroit du monde.

Les intentions sont claires et la mise en scène suit une approche grand public avec le doux désir de plaire au plus grand nombre, certes, mais avec intelligence, un cœur qui rime avec les émotions (sans trop s’étendre sur ce chapitre) et donnant la possibilité à une équipe de comédiens de briller dans leurs rôles respectifs.

Le brio est un film qui se savoure au présent,
s’ajuste à une certaine façon d’enseigner, mais
finalement, donne l’occasion aux contraires de
finir par s’entendre dans un endroit qui n’est
probablement  pas le meilleur des mondes possibles.

Entre Pygmalion et la jeune fille, une leçon de vie, une recherche du bon mot, un monologue qui se transforme en dialogue et, finalement, un respect de la part du réalisateur pour la langue française qui, dernièrement, il faut l’avouer, fait souvent la manchette.

Le brio est un film qui se savoure au présent, s’ajuste à une certaine façon d’enseigner, mais finalement, donne l’occasion aux contraires de finir par s’entendre dans un endroit qui n’est probablement pas le meilleur des mondes possibles.

Sortie : vendredi 23 mars
V.o. : français

Réalisation
Yvan Attal

Genre : Drame – Origine : France / Belgique – Année : 2017 – Durée : 1 h 35 – Dist. : A-Z Films.

Horaires & info.
@ Cinéma BeaubienCineplex

Classement
Tout public

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon. ★★ Moyen. Mauvais. ½ [Entre-deux-cotes]

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.