En salle à Montréal

Charlotte a du fun

1er mars 2018

Semaine du 2 au 8 mars 2018

RÉSUMÉ SUCCINCT
Comme elle est triste d’apprendre que son copain Samuel est gai, Charlotte, 17 ans, va prendre d’autres mesures pour que sa vie sexuelle ne s’arrête pas là. Mais elle doit également compter sur sa réputation.

 | CRITIQUE
PRIMEUR |
Jules Couturier

★★★  ½

CHARLOTTE A DU FUN…
ET CE N’EST PAS UN PROBLÈME

Après avoir abordé la sexualité d’une quinquagénaire en 2009 dans Les grandes chaleurs, Sophie Lorain, très active en télévision, revient à titre de réalisatrice avec un deuxième long métrage abordant encore la même thématique mais cette fois chez les adolescents, plus précisément les adolescentes. Il en résulte un film à la fois sympathique et audacieux, plus concluant que son précédent effort, porteur d’un propos pertinent et mis en scène de façon inspirée.

Reste… à savoir si le film est capable d’avoir une portée
plus large que l’auditoire limité sur lequel il se concentre.

Il n’y a pas un seul personnage adulte dans Charlotte a du fun. Pas de parents, pas de professeurs, pas de patrons. Avec ce film, la réalisatrice plonge à 100 % dans l’univers des adolescents. Elle axe tout son film sur les relations entre eux, surtout sur le jeu de séduction qui les anime, ignorant toutes les autres sphères de leur vie. Le fait est que les personnages du film sont à un âge où les hormones sont dans le tapis, où leur rapport nouveau avec le sexe étranger devient plus important que tout le reste. Le point de vue est peut-être limité mais force est d’admettre que Lorain réussit à bien saisir les préoccupations réelles des jeunes de cet âge.

La consommation de sexe, d’alcool ou de cannabis par ces adolescents est abordée de façon très ouverte, rafraîchissante, tout en gardant une certaine pudeur. Car le film, se voulant très sympathique, ne va jamais non plus dans le trash ou le grossier. Cette approche nous change des nombreuses séries jeunesse, souvent trop prudes face à ces thématiques. Le film ne présente pas la réalité des jeunes de manière pédagogique ou mélodramatique comme certains téléromans se plaisent à le faire, en associant ce genre de comportement à des conséquences dévastatrices sur les personnages. Lorain dédramatise plutôt des enjeux trop souvent tabous, surtout lorsqu’ils sont liés à des mineurs, des filles de surcroît.

En somme, Charlotte a du fun est un film sur les jeunes, pour les jeunes, très respectueux envers eux. Malgré le noir et blanc de ses images, Lorain a une vision lumineuse de ses sujets. Elle présente ses jeunes comme des êtres ouverts et allumés, drôles et charmants. Il en résulte un film audacieux mais également très gentil. Reste maintenant à savoir si le film est capable d’avoir une portée plus large que l’auditoire limité sur lequel il se concentre.

Sortie : vendredi 2 mars
V.o. : français

Réalisation
Sophie Lorain

Genre
Comédie dramatique

Origine : Québec [Canada] – Année : 2018 – Durée : 1 h 29 – Dist. : Les Films Séville.

Horaires & info.
@ Cinéma BeaubienCineplex

Classement
Interdit aux moins de 13 ans

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon. ★★ Moyen. Mauvais. O Nul. ½ [Entre-deux-cotes]

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.