En salle à Montréal

7 Days in Entebbe

15 mars 2018

| PRIMEUR |
Semaine du 16 au 22 mars 2018

RÉSUMÉ SUCCINCT
Dans la nuit du 3 au 4 juillet 1976, le Front de libération de la Palestine détourne un avion en provenance d’Israël et se dirigeant vers Paris. Ils obligent les pilotes à se diriger vers l’Ouganda, prenant en otage plus d’une dizaine de membres de l’équipage. Israël intervient dans cette affaire.

CRITIQUE
Élie Castiel

★★ ½

DEMI-MESURE

L’Opération Thunderbolt avait suscité la chronique au milieu des années 70, confirmant encore une fois le pouvoir militaire israélien, mais dans le même temps, à huis clos, causant des différents importants et décisifs entre dirigeants du pays. L’approche d’Itzhak Rabin, prônant le dialogue, se heurte à celle de Shimon Perez, partisan de la force militaire. Les années qui suivirent, jusqu’à aujourd’hui, nous ont montré qui des deux avait raison. Les deux ?

Si le thème demeure toujours d’actualité et que le parti pris de José Padilha, lui-même Juif, est plutôt critique envers les deux camps qui s’opposent, montrant que les véritables victimes dans tout acte terroriste ne sont que les simples citoyens, n’empêche que sa réalisation se veut beaucoup plus télévisuelle que cinématographique. Mais sur le plan psychologique, les remords des deux militants allemands (efficaces Rosamund Pike et Daniel Brühl) sont tout à fait crédibles dans leur démonstration, prenant comme point d’ancrage la tragédie de la Shoah, à cette époque, pas si éloignée. Dommage que du côté palestinien, les personnages soient si flegmatiquement soutenus autant dans la direction d’acteur que dans les nuances apportées à leurs rôles.

… le parti pris de José Padilha, lui-même Juif, est|
plutôt critique envers les deux camps qui s’opposent,
montrant que les véritables victimes dans tout acte
terroriste ne sont que les simples citoyens…

N’empêche que l’action est continue et on apprend des choses que les politiques de l’époque nous avaient cachées. Dans cette aventure, on soulignera le rôle subtil joué par Roni Netanyahu, frère de l’autre, alias « Bibi », personnage peu connu dans le sempiternel conflit israélo-palestinien.

Mais Padilha est loin de ses très bonnes mises en scène véhiculées dans Troupe d’élite / Tropa de Elite (2007) et la suite, Troupe d’élite : L’ennemi intérieur / Tropa de Elite 2: O Inimigo Agora é Outro (2010). On soulignera la présence de Denis Ménochet, incarnant le pilote d’Air France, et qu’on verra bientôt à Montréal, dans l’excellent Jusqu’à la garde, où il excelle.

Sortie : vendredi 16 mars
V.o. : anglais, multilingue ; s.-t.a.
Entebbe

Réalisation
José Padilha

Genre : Suspense Origine : États-Unis / Grande-Bretagne – Année : 2018 – Durée : 1 h 47 – Dist. : Entract Films.

Horaires & info.
@ Cineplex

Classement
Tout public
(Déconseillé aux jeunes enfants)

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon. ★★ Moyen. Mauvais. ½ [Entre-deux-cotes]

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.