En salle à Montréal

The Post

11 janvier 2018

Semaine du 12 au 18 janvier 2018

RÉSUMÉ SUCCINCT
En 1971, Ben Bradlee, rédacteur en chef du Washington Post, est informé de l’existence de documents secrets sur l’implication politique et militaire des États-Unis dans la guerre du Vietnam. Comprenant l’énorme impact que peut avoir cette nouvelle pour la relance du journal, il contacte Katharine Graham, l’éditrice, qui tergiverse sur la décision à prendre. Entre-temps, le département américain de la Justice a tôt fait de bloquer la diffusion, par le New York Times, de ces informations considérées comme un risque pour la sécurité nationale.

CRITIQUE
| PRIMEUR |

★★★★½

SPIELBERG, STREEP, HANKS…

_ Anne-Christine Loranger

Dans son autobiographie Personal History, Katherine Graham raconte que lorsqu’elle était étudiante au Vassar College, elle se trouva face à une situation inattendue : comment laver son chandail de laine, devenu crasseux à l’usage? Issue de la riche famille Meyer, elle n’avait jamais eu à laver un seul vêtement de sa vie. Trop timide pour demander à ses camarades comment faire, elle finira par l’amener chez le nettoyeur. Jamais, de son propre aveu, elle n’apprit. C’est cette femme-là, grande bourgeoise maniérée et incertaine, aussi victime de son milieu patricien que de son époque, que nous montre le film de Spielberg. The Post, c’est en effet autant le récit palpitant de l’ascension d’un modeste journal local au rang d’organe de presse national, que celui d’une femme à réaliser son pouvoir. Seule femme aux États-Unis à posséder un journal, Katherine Graham (Meryl Streep) mènera le Washington Post tambour battant, jusqu’à faire tomber un président.

Sem 02. The Post

En 1971, les États-Unis envoient des soldats depuis vingt-cinq ans au Vietnam. Daniel Ellsberg (Matthew Rhys), ex-marine travaillant pour le gouvernement, tombe sur une étude réalisée en 1967 prouvant que les gouvernements successifs de Lyndon B. Johnson, John F. Kennedy et Richard Nixon étaient au courant qu’il était impossible de gagner la guerre et que cette dernière se poursuivait, en envoyant toujours plus de troupes, pour sauver la face. Horrifié et dégoûté, l’ancien soldat trouve le moyen de copier les documents et de les faire parvenir au New York Times, qui commence à publier une série de textes. Nixon force alors par une injonction le journal à cesser de publier. C’est alors que le Washington Post, alors en mauvaise situation financière, obtient une copie des documents.

En les publiant, Graham risque de perdre le soutien financier de son journal et de se retrouver en prison, en compagnie de son rédacteur en chef Ben Bradlee (Tom Hanks) et d’une partie de ses journalistes, dont Ben Bagdikian (Bob Odenkirk), qui a obtenu d’Ellsberg les dossier complet sur le Vietnam.

Véritable voyage capsule d’histoire du journalisme, The Post
est aussi un plaidoyer passionné pour la liberté de la presse et
son importance en démocratie. Les nostalgiques, les
féministes, les activistes, les acteurs médiatiques, les historiens,
les étudiants et les cinéphiles y trouveront leur compte.
Et d’autres, aussi… Beaucoup d’autres, on l’espère.

Stephen Spielberg, on le sait, a le sens du timing. Jamais, pourtant, aucun de ses films n’a eu la pertinence historique de celui-ci, alors que les mouvements #Metoo et Timesup ont mis le harcèlement sexuel et la cause des femmes au centre des débats. Le fait que l’administration Trump dénigre systématiquement les média et cherche à remettre en cause la loi américaine sur le libel ou en français « diffamation » (ce qui revient à remettre en cause le premier amendement défendant la liberté de parole) rend The Post doublement pertinent. Triplement même, puisqu’il renvoie au rôle des banques dans le choix du contenu éditorial. Streep et Hanks interprètent leurs personnages avec juste assez de gouaille (Hanks) et de vulnérabilité (Streep) pour faire passer un contenu somme toute aride. La jouissive caméra de Janusz Kaminski fait voyager le spectateur entre les salles de rédaction enfumées, les équipes de montage, les presses et jusqu’aux restaurants chics de l’époque, avec un luxe du détail étourdissant.

Si l’on peut faire une critique au film, c’est de ne pas montrer les conséquences très réelles de l’affaire sur Daniel Ellsberg, qui fera face à 115 ans de prison pour haute trahison, jugement qui sera renversé quand on apprendra que les fameux plombiers du gouvernement Nixon avaient monté un dossier contre lui.

Véritable voyage capsule d’histoire du journalisme, The Post est aussi un plaidoyer passionné pour la liberté de la presse et son importance en démocratie. Les nostalgiques, les féministes, les activistes, les acteurs médiatiques, les historiens, les étudiants et les cinéphiles y trouveront leur compte. Et d’autres, aussi… Beaucoup d’autres, on l’espère.

Sortie : vendredi 12 janvier
V.o. : anglais / Version française
Le Post

Réalisation
Steven Spielberg

Genre : Chronique historique – Origine : États-Unis – Année : 2017 – Durée : 1 h 56 – Dist. : 20th Century Fox.

Horaires&plus
@ Cineplex

Classement
Tout public

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon. ★★ Moyen. Mauvais. ½ [Entre-deux-cotes] – Les cotes reflètent uniquement l’avis des signataires.

Séquences_Web

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.