En salle

All the Money in the World

21 décembre 2017

Semaine du 22 au 28 décembre 2017

RÉSUMÉ SUCCINCT
Paul Getty, magnat du pétrole, connu pour son avarice, refuse de payer la rançon aux hommes qui ont kidnappé Paul, son petit-fils préféré. Mais la mère du gamin est prête à tout pour obtenir la libération de son fils.

Bande-annonce originale

Bande-annonce revue et corrigée

CRITIQUE
| PRIMEUR |

★★★ ½

L’AVARICE ET SES AVATARS

_ Élie Castiel

La mise en scène de Ridley Scott assume son côté froid, clinique, filmée par le polonais Dariusz Wolski (Alien: Covenant, du même réalisateur) dans des couleurs sombres, portant souvent attention à des objets rares appartenant à un homme riche et puissant, prisonnier de son statut social et de son avarice. Car All the Money in the World est à l’image de Jean-Paul Getty, calculateur, dépourvu de sentiments, même envers lui-même. L’enlèvement de son petit-fils est ici évoqué selon une trame narrative proche du thriller et correspond au sujet principal du film, en fait, l’indifférence créée par la logique de l’économie.

Version préliminaire

Version préliminaire

Un brillant portrait tracé par un cinéaste engagé,
une sorte d’éxégète de la conscience Made in U.S.A.

En même temps, l’homme en question est d’une érudition palpable, brillant, intelligent, souvent entretenu par une logique implacable, sévère, déshumanisante; il trouve réponse à chaque question et à tous les commentaires émis à son égard. Entre lui est ses proches, une histoire de haine et d’apathie. Entre lui et les dirigeants, une complicité inévitable. C’est en quelque sorte, la « loi secrète de l’État ». Il s’agit d’une personnalité radicale, mais qui correspond parfaitement bien à son époque, un 20e siècle dominé (et pour toujours) par l’appât du gain immédiat. Le film est aussi la confirmation que l’Amérique est un amalgame de gens venus d’ailleurs pour vivre cet American Dream qui, après tout, n’est que le farouche désir de réussir économiquement, léguant aux futures générations cette recherche constante du gain, comme si c’était l’unique façon de trouver le bonheur. C’est là un brillant portrait tracé par un cinéaste engagé, une sorte d’éxégète de la conscience Made in U.S.A.

Et puis, un grand acteur, Christopher Plummer. En quelques jours, il a dû se plier aux exigences d’un Hollywood conservateur et politiquement correct pour que le film puisse sortir à temps. Inutile de vous dire pourquoi. Si d’une part, je reconnaîs la puissance d’évocation de cet exceptionnel comédien canadien, force est de souligner ma déception de ne pas voir Kevin Spacey tenir le rôle. Dans la bande-annonce originale, il paraissait crever l’écran. Une chose est claire : l’Affaire Jutra et les récentes accusations d’ordre sexuel semblent avoir fait des petits. Et quand on pense que ce n’est qu’un début!

Version revue et corrigée

Version revue et corrigée

Sortie : lundi 25 décembre
V.o. : anglais / Version française
Tout l’argent du monde

Genre : Suspense – Origine : États-Unis – Année : 2017 – Durée : 2 h 13 – Réal. : Ridley Scott – Dist. : Columbia Pictures

Horaires/Info.
@ Cineplex

Classement
Interdit aux moins de 13 ans

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel★★★★ Très Bon★★★ Bon★★ Moyen Mauvais½ [Entre-deux-cotes] – LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

Séquences_Web

2020 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.