En salle

Thor: Ragnarok

3 novembre 2017

| PRIMEURS |
Semaine du 3 au 9 novembre 2017

RÉSUMÉ SUCCINCT
Emprisonné à l’autre extrême du monde, sans son puissant marteau, Thor se retrouve dans une course contre la montre pour retourner à Asgard. Les problèmes ne font que commencer.

CRITIQUE
Texte : André Caron

★★

THOR DEVIENT COMPLÈTEMENT MARTEAU !

Il pleut des films Marvel comme jadis les films de Frankenstein et de Dracula inondaient les écrans. Les studios Universal et Hammer ont profité de cet engouement pour le monstre de Frankenstein, chacun sur une période de dix-sept ans (huit films de 1931 à 1948 pour le premier, sept films de 1957 à 1974 pour le second). Si la qualité des films était inégale pour Hammer, ceux d’Universal devenaient de plus en plus médiocres avec les années. La quinzaine de films de vampires ou de Dracula de la Hammer ont aussi subi le même sort, entre 1958 et 1974. Jusqu’à présent, Marvel a réussi à maintenir un standard et un contrôle sur une vingtaine de films en dix ans, qui lui permettent de renouveler sa franchise en créant des œuvres qui se démarquent, soit par leur approche avec les Captain America, leur ton avec les Guardians of the Galaxy ou leur audace avec Dr. Strange. La série des Iron-Man et des Avengers deviennent cependant des boursouflures indigestes reposant uniquement sur des effets spéciaux numériques et des scènes d’action interchangeables.

Personnellement, je préfère toujours le modeste Phase IV
(1974) de Saul Bass, un vrai film de science-fiction extrapolant
sur un danger beaucoup plus effrayant (une colonie  de  fourmis
super-résistantes) que tous les extraterrestres de l’univers.

Thor, dieu de la foudre d’Asgard, issu de la mythologie nordique, s’inscrit plutôt mal dans cet univers de super-héros de science-fiction (de même que le docteur Strange, issu du monde mystique). Kenneth Branagh avait réussi avec le premier film à le rendre noble en lui apposant une allure shakespearienne, son père Odin prenant sous la coupe d’Anthony Hopkins la stature d’un Roi Lear tout puissant. Le second opus plongeait dans les ténèbres avec un récit plus convenu. Ce troisième volet verse carrément dans la parodie et la farce, dénaturant autant le personnage que l’univers dans lequel il évolue. Si Thor rit de lui-même, si les scénaristes, le réalisateur et les acteurs se moquent du sujet, comment peut-on prendre au sérieux ce récit décousu, éparpillé et tapageur ?

Thor. Ragnarok

On y retrouve certes des passages impressionnants qui s’inspirent des meilleurs dessins de Jack Kirby, dont ce combat de titans entre Thor et Hulk s’affrontant comme des gladiateurs dans l’arène de la planète Sakaar, cet affrontement final du tonnerre (jeu de mots assumé) sur le pont d’Asgard au rythme aussi percutant qu’étonnant de la pièce Immigrant Song de Led Zeppelin, ou cette scène hallucinante illustrant au ralenti la déchéance des guerrières Walkaries chevauchant leurs pégases (empruntés à la mythologie grecque) dans un ballet macabre qui rappelle une scène similaire dans The Immortals (2011) de Tarsem Singh.

Pour le reste, on sent que tout le monde s’amuse et que Marvel prépare chemin faisant le prochain Avengers. Thor perd ses cheveux et son marteau, mais il se réconcilie avec son demi-frère Loki et avec Hulk pour exterminer leur sœur Hela (Hé, là !), que Cate Blanchett interprète comme le double négatif de Galadriel dans The Lord of the Rings : une déesse de la mort qui assurera la destruction d’Asgard et d’Odin. On fait le ménage et on recommence avec la Phase IV du studio, qui va s’enclencher en 2020 après la sortie des deux Avengers : Infinity War. Personnellement, je préfère toujours le modeste Phase IV (1974) de Saul Bass, un vrai film de science-fiction extrapolant sur un danger beaucoup plus effrayant (une colonie de fourmis super-résistantes) que tous les extraterrestres de l’univers.

 

Sortie :  vendredi 3 novembre 2017
V.o. :  anglais / Version française
Thor : Ragnarok

Genre :  Aventures fantastiques – Origine : États-Unis –  Année :  2017 – Durée :  2 h 11  – Réal. : Taika Waititi – Int. : Chris Hemsworth, Cate Blanchett, Tom Hiddleston, Mark Ruffalo, Benedict Cumberbatch, Idris Elba –  Dist. :  Buena Vista Canada.

Horaires
Cineplex

Classement
Tout public
(Déconseillé aux jeunes enfants)

MISE AUX POINTS
★★★★★  Exceptionnel★★★★  Très Bon★★★  Bon★★  Moyen★  Mauvais½  [Entre-deux-cotes]  –  LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

Séquences_Web

2021 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.