En salle à Montréal

Pieds nus dans l’aube

26 octobre 2017

| PRIMEURS |
Semaine du 27 octobre au 2 novembre 2017

RÉSUMÉ SUCCINCT
La Tuque, région de la Mauricie, 1927. Alors que l’hiver tire à sa fin, Félix Leclerc, 12 ans, se lie d’amitié avec Fidor, un garçon de son âge qui, étonnmment, ne fréquente pas l’école. Il apprend, au contact de son ami, les joies simples de la liberté et de la découverte de la nature.

CRITIQUE
ÉLIE CASTIEL

★★★

L’HYMNE DE NOS CAMPAGNES

Le nouveau film de Francis Leclerc renoue avec l’idée du conte se déroulant dans un milieu rustique. L’idée du terroir, c’est ce qui anime certains cinéastes québécois d’aujourd’hui, délaissant la grande ville comme pour se redéfinir, pour connaître ses origines. Mais l’idée d’adapter le roman de son père, le grand Félix Leclerc, n’est pas exempte de connotations politiques de la part du réalisateur de Pieds nus dans l’aube. À l’heure où les minorités culturelles visibles et invisibles clament leurs dus, le cinéma québécois, consciemment ou inconsciemment, jette son regard sur sa propre appartenance. Des appartenances multiples semblent se heurter silencieusement. Mais cela est une autre histoire.

La mise en scène de Francis Leclerc exploite
l’élégance feutrée des maisons de campagne, la
vie de famille douce et généreuse et l’hommage
rendu à son père ne passe pas inaperçu.

Pieds nus dans l'aube

La preuve, nous l’avons en quelque sorte avec le film de Lerclerc et bientôt avec La petite fille qui aimait trop les allumettes, là où Simon Lavoie, sous des dehors de film d’auteur, pose un œil ouvertement politisé sur son pays ; le contraire de Lerclerc, plus aiguisé ; son film est une sorte d’hymne à la campagne, aux valeurs terrestres, si mises de l’avant par son père. La présence de Fred Pellerin à l’écriture du scénario n’est donc pas accidentelle. On est en droi de se poser la question sur ce nouveau courant didactique du cinéma québécois, cherchant de nouveau sa voie.

En attendant, la mise en scène de Francis Leclerc exploite l’élégance feutrée des maisons de campagne, la vie de famille douce et généreuse et l’hommage rendu à son père ne passe pas inaperçu. Car tout simplement, Pieds nus dans l’aube assume sa condition de film grand public, spectateurs qui sauront lire entre les lignes un pan de l’Histoire d’ici souvent oubliée, ou tout du moins, mise de côté. Notons la distribution solide de tous les participants.

Autre texte critique
Séquences > La revue des cinémas pluriels
Nº 311 (Novembre-Décembre 2017)
En kiosque : Novembre 2017

Sortie :  vendredi 27 octobre 2017
V.o. :  français

Genre :  Chronique biographique – Origine : Canada [Québec] –  Année :  2017 – Durée :  1 h 54  – Réal. : Francis Leclerc – Int. : Julien Leyrolles-Bouchard, Roy Dupuis, Julien Leclerc, Marianne Fortier, Guy Thauvette, Catherine Sénart –  Dist. :  Les Films Séville.

Horaires
Cinéma BeaubienCineplex

Classement
Tout public

MISE AUX POINTS
★★★★★  Exceptionnel★★★★  Très Bon★★★  Bon★★  Moyen★  Mauvais½  [Entre-deux-cotes]  –  LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

Séquences_Web

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.