En salle

All Eyez on Me (pour)

15 juin 2017

RÉSUMÉ SUCCINCT
Tupac Shakur, célèbre rappeur, ainsi que poète et révolutionnaire, fils d’un activiste des Black Planthers. Et puis une fin tragique qui, encore aujourd’hui, soulève le mystère.

CRITIQUE
★★★

CHRONIQUE D’UNE MORT ANNONCÉE
ÉLIE CASTIEL

Parcours insolite que celui de l’acteur-rappeur-parolier-poète Tupac Shakur dont la vie mouvementée, scindée de destins dramatiques et de succès capricieux, fait ici l’objet d’une biographie où, par le recours à une mise en scène elliptique, permet de traversers les moments importants d’une vie écorchée. Benny Boom, issu surtout du domaine de la télévision et de la vidéo, a signé quelques longs métrages mineurs, mais il y a ici, un net progrès, dû probablement à l’enthousiasme envers le sujet.

On soulignera l’excellente interprétation de Demetrius Shipp Jr.,
incarnant un Tupac Chakur énergique, vivant, versatile,
et d’une présence charismatique formidable et en même temps
sensuelle lors de ses sensationnelles apparitions scéniques.

All Eyez on Me

Les origines Black Panthers de la mère de Shakur laissaient entendre que le rappeur aurait poursuivi une carrière proche de la politique  ; le rap change avec les années et devient misogyne, homophobe, tendant la perche à une fausse révolution raciale qui, malheureusement, continue encore aujourd’hui. Si All Eyez on Me, d’après les mots que Shakur aurait lui-même prononcés, tient de la métaphore, d’un symbolisme tragique, tous ces regards pointés sur lui ne sont qu’admirateurs.

Car dans les coulisses, existe un vie fragmentée en morceaux où drames et petits et rares bonheurs se confrontent sans cesse, donnant la possibilité au monteur Joel Cox de proposer un montage ultra serré, rapide. La direction photo de Peter Menzies Jr., aidée par des éclairages, fréquemment nocturnes, permet à l’ensemble du film de dégager une sensation de finitude, d’angoisse de l’âme et de tragédie à venir.

Tout compte fait, All Eyez on Me est un film loin d’être parfait, mais qui finit par nous laisser un grand point d’interrogation sur la fin de vie d’une icône de la musique populaire. On soulignera l’excellente interprétation de Demetrius Shipp Jr., incarnant un Tupac Chakur énergique, vivant, versatile, et d’une présence charismatique formidable et en même temps sensuelle lors de ses sensationnelles apparitions scéniques.

Sortie :  vendredi 16 juin 2017
V.o. :  anglais

Genre : Drame biographique  – Origine : États-Unis –  Année :  2017 – Durée :  2 h 19 – Réal. :  Benny Boom – Int. : Demetrius Shipp Jr., Danai Gurira, Kat Graham, Annie Ilonzeh, Jamal Woolard, Lauren Cohan– Dist.:  V V S.

Horaires
Cineplex

Classement
Interdit aux moins de 13 ans
(Violence  / Langage vulgaire)

MISE AUX POINTS
★★★★★  Exceptionnel★★★★  Très Bon★★★  Bon★★  Moyen★  Mauvais½  [Entre-deux-cotes]  –  LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

Séquences_Web

2021 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.