En salle

Moonlight

10 novembre 2016

RÉSUMÉ SUCCINCT
Chiron vit avec sa mère, droguée, dans un quartier malfamé de Miami. Dès sa jeune adolescence, il ressent une attirance pour les hommes. Sa vie nous est racontée jusqu’à sa sortie de prison, une fois adulte.

moonlight_en-salle

LE FILM DE LA SEMAINE
★★★★★
Texte : Élie Castiel

LA PLÉNITUDE DES SENTIMENTS

Disons-le sans ambages : Moonlight, le second long métrage de Barry Jenkins, après quelques courts et Medicine for Melancoly (2008) est, jusqu’à présent, le meilleur film de l’année en ce qui a trait au cinéma de nos voisins du Sud.

« Prix du public »
Chicago International Film Festival 2016

Cette fois-ci, ces messieurs-dames des Oscars n’auront aucune excuse pour ne pas attribuer un prix à un cinéaste afro-américain, prix hautement justifié pour une œuvre lumineuse, poignante, à l’émotion aussi palpable que transcendante. Émouvant hommage du Black cinema à la communauté LGBT, Moonlight réserve des moments hallucinants de vérité. Et c’est justement par sa simplicité, son raffinement, sa délicatesse et une mise en scène souveraine, limpide, totalement assumée, rendant l’aventure de Chiron – le héros, véritable prince adolescent, en proie à la découverte de sa véritable sexualité – un récit de vie rarement raconté au cinéma.

Mais l’attrait du film réside également dans son  refus de justification, dans sa course folle vers la découverte naturelle des diverses composantes de la sexualité humaine. Et ces moments de railleries, de menaces physiques et émotionnelles ne sont présents que pour illustrer une terrible réalité sociale qui, malgré des acquis importants, frappe bien après les années 80 (époque du récit), la communauté  LGBT.

Quel beau film que Moonlight, qui s’aventure dans
les zones  d’ombre d’une image religieuse démystifiée
et débarrassée de ses rituels encombrants, plus spirituelle,
s’approchant de l’humain comme jamais auparavant.

Jenkins n’est pas interventionniste, mais plutôt humaniste, s’écartant le plus loin possible du political statement (en anglais, la signification est plus nuancée). La différence, il la présente dans les instants les plus secrets de l’expérience humaine. Chiron, dans son enfance, parle peu, mais découvre une sexualité autre que la majoritaire avec un naturel bouleversant et interrogateur. Quelques années plus tard, un baiser avec un collègue de lycée lui confirmera que son chemin est tracé. Et puis la prison pour des circonstances qu’on ne dévoilera pas. Et la liberté, une fois jeune adulte. Des moments de la vie que Barry Jenkins conjugue grâce à l’art de l’ellipse, structure cinématographique d’autant plus approprié qu’elle se passe de mots, d’images superflues ou de commentaires.

Et les retrouvailles avec le camarade de son premier baiser, proposant une finale d’une économie à fleur de peau. Qu’importe ce que l’avenir réserve à l’adulte Chiron. Le chemin est tracé et la conscience est tranquille.

Quel beau film que Moonlight, qui s’aventure dans les zones d’ombre d’une image religieuse démystifiée et débarrassée de ses rituels encombrants, plus spirituelle, s’approchant de l’humain comme jamais auparavant. Comment ne pas comprendre ce baptême laïc effectué sur le jeune Chiron par une figure paternelle (Mahershala Ali, remarquable de rigueur et de sobriété), d’une grâce hallucinante ? Le symbolisme est ici au service du cinéma, sans influences extérieures, s’ouvrant aux spectateurs doucereusement, amicalement, sans trop marteler, avec une sincère et majestueuse affection qui nous apaise l’âme et nous donne rendez-vous avec la vie.

Sortie : vendredi 11 novembre 2016
V.o. : anglais ; s.-t.f.
Moonlight : L’histoire d’une vie

Genre :  DRAME SOCIAL – Origine : États-Unis –  Année :  2016 – Durée :  1 h 51  – Réal. :  Barry Jenkins – Int. : Alex Hibbert, Ashton Sanders, Mahershala Ali, Naomie Harris, Trevante Rhodes, Andre Holland  – Dist./Contact:  Entract Films.
Horaires : @  Cinéma du Parc [dès le ven 2 déc 2016] –  Cineplex

CLASSEMENT
Interdit aux moins de 13 ans

MISE AUX POINTS
★★★★★  Exceptionnel★★★★  Très Bon★★★  Bon★★  Moyen★  Mauvais½  [Entre-deux-cotes]  –  LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

sequences_web

2022 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.