En salle à Montréal

Embrasse-moi comme tu m’aimes

15 septembre 2016

RÉSUMÉ SUCCINCT
En pleine Deuxième Guerre mondiale, Pierre Sauvageau rêve de s’enrôler. Le handicap de Berthe, sa sœur jumelle, l’en empêche puisque leur mère, veuve, ne peut en prendre soin toute seule. Sans compter la ferveur de l’amour fusionnel que Berthe porte à son frère .

embrasse-moi-comme-tu-maimes

EXTRAIT
★★★ ½
Texte : Luc Chaput

De nombreuses scènes se déroulent à la brunante, le soir ou même la nuit alors que les rêves éveillés ou non sont permis. Berthe apparait comme une soeur ainée de la Francine delurée de L’eau chaude, l’eau frette qui, elle aussi, trouvait dans sa maladie une autre raison de croquer plus goulument à la vie. La luminosité de l’interprétation de Juliette Gosselin irrigue le film tout au long, même si elle trouve ses plus belles représentations dans le pique-nique avec Pierre sous un saule pleureur et dans la dernière scène que je ne devoilerai pas bien entendu. Pierre, tout aussi présent, a pourtant un rôle plus en demiteintes très bien defendu par Émile Schneider. Sa relation amoureuse naissante avec Marguerite se conjugue en opposition avec les désirs avoués de sa jumelle, et l’élégante et filiforme blondeur de la douée Mylène MacKay constitue une evidente divergence avec la paraplégie assumée de Berthe, la belle brune…

Texte intégral
Séquences

Nº 304 (Septembre-Octobre 2016
p. 4-5
En kiosque : 16 septembre 2016

Sortie : vendredi 16 septembre 2016
V.o. : français ; s.-t.a.
Kiss Me Like a Lover

Genre :  COMÉDIE DRAMATIQUE  – Origine : Canada [Québec]  –  Année :  2016 – Durée :  1 h 46  – Réal. :  André Forcier – Int. : Émile Schneider, Juliette Gosselin, Mylène Mackay, Luca Asselin, Roy Dupuis, Céline Bonnier  – Dist. / Contact :  Filmoption.
Horaires : Cinéma BeaubienCineplex

CLASSEMENT
Interdit aux moins de 13 ans

MISE AUX POINTS
★★★★★  Exceptionnel★★★★  Très Bon★★★  Bon★★  Moyen★  Mauvais½  [Entre-deux-cotes]  –  LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

Séquences_Web

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.