En salle

Green Room

5 mai 2016

RÉSUMÉ SUCCINCT
Au terme d’une tournée désastreuse, le groupe de punk rock The Ain’t Rights accepte au pied levé de donner un dernier concert au fin fond de l’Oregon pour finalement se retrouver à la merci d’un gang de skinheads particulièrement violents.

Green Room

L’EAU À LA BOUCHE
★★★★ 
Texte : Pascal Grenier

De nombreuses trouvailles visuelles enrichissent ce suspense tendu et viscéral à souhait. Le réalisateur cultive un goût prononcé pour l’ultraviolence qu’il exploite de manière parfaitement contrôlée où personne ou presque n’est épargné.

Plus inquiétant et effrayant que la majorité des films d’horreur oserait même espérer, Green Room s’inspire de l’adage voulant que le tort de ce quatuor soit de se trouver au mauvais endroit, au mauvais moment. Il repousse les limites du film de survie (un peu comme Straw Dogs de Peckinpah à son époque) dans ce huis clos anxiogène qui prend aux tripes dès le départ sans jamais lâcher prise par la suite.

Critique intégrale
Séquences
Nº 303
(Juillet-Août 2016)
À paraître en juillet 2016

Sortie : vendredi 6 mai 2016
V.o. : anglais

Genre :  SUSPENSE – Origine :  États-Unis  –  Année :  2015 – Durée :  1 h 35 – Réal. : Jeremy Saulnier – Int. : Anton Yelchin, Imogen Poots, Patrick Stewart, Alia Shawkat, Macon Blair, Joe Cole  –  Dist. / Contact : Séville.
Horaires :  @  Cineplex / Cinéma du Parc

CLASSEMENT
Interdit aux moins de 13 ans
(Violence)

MISE AUX POINTS
★★★★★  Exceptionnel★★★★  Très Bon★★★  Bon★★  Moyen★  Mauvais½  [Entre-deux-cotes]  –  LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

Séquences_Web

2021 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.