En salle

Lolo

22 avril 2016

RÉSUMÉ SUCCINCT
Alors qu’elle passait ses vacances entre copines, Violette tombe sur Jean-René. Cette rencontre aussi charmante qu’improbable se mue en une histoire romantique et passionnelle. Mais Violette a un fils, Éloi, dit Lolo.

Lolo

CRITIQUE
★★
Texte : Élie Castiel

L’HUMOUR MAL EN POINT

Derrière la caméra, on lui doit six longs métrages, y compris Lolo, son tout dernier. Une comédie décevante, un tant soit peu vulgaire, porteuse de clichés insupportables et, surtout et avant tout, coupable d’avoir traité un sujet intéressant n’importe comment.

On parle de cul, beaucoup, avec insistance, et le plus souvent gratuitement, sans que cela puisse avoir des conséquences sur la vie des personnages. Et puis, soudain, le béguin pour quelqu’un de plus petit que soi (Dany Boon, seule surprise du film). Et des malentendus, et des reproches suivis de réconciliations et toutes ces choses qui rendent les rencontres amoureuses aussi excitantes que fatigantes. Entre ces dérapages affectifs, des conseils d’amies qui tournent mal, des gestes posés malhabilement, des remises en question constantes.

Comédie hybride, parsemée de vieux tubes de la chanson
française des années de gloire, en plus de quelques rappels
à des compositeurs du cinéma américain, version âge d’or,
Lolo est une comédie aussi inutile que maladroitement agréable.

La réalisatrice de Two Days in Paris (2007) et 2 Days in New York (2012) se sent beaucoup plus à l’aise dans un environnement américain que français. La preuve, Delpy possède la double nationalité, partageant sa vie entre la France et l’Amérique. En effet, en sol français, elle semble avoir oublié que Paris n’est plus ce qu’elle était, se permettant de tourner le film un peu à l’ancienne, montrant la Ville Lumière comme si rien de grave ne l’avait secouée ces derniers temps.

Et puis, sur le plan du récit, on devine, de la part de son fils Éloi (le Lolo du titre) – à la fois charismatique et exaspérant Vincent Lacoste –, excellent dans Hippocrate (2014) de Thomas Lilti, une histoire incestueuse non consommée qui finit par se normaliser malgré les quelques éclaboussures laissées sur son passage.

Comédie hybride, parsemée de vieux tubes de la chanson française des années de gloire, en plus de quelques rappels à des compositeurs du cinéma américain, version âge d’or, Lolo est une comédie aussi inutile que maladroitement agréable.

J’allais lui octroyer une étoile et demie. Mais la très belle image du directeur photo Thierry Arbogast), 80 courts et longs métrages à son actif, et qui filme les espaces avec une franche sensualité,  me pousse malgré moi à lui en accorder deux.

Sortie : vendredi 22 avril 2016
Version originale : français

Genre :  COMÉDIE – Origine :  France  –  Année :  2015 – Durée :  1 h 40  – Réal. : Julie Delpy – Int. : Julie Delpy, Dany Boon, Vincent Lacoste, Karin Viard, Xavier Alcan, Georges Gorraface –  Dist. / Contact :  TVA.
Horaires :  @  Beaubien Cineplex

CLASSEMENT
Tout public

MISE AUX POINTS
★★★★★  Exceptionnel★★★★  Très Bon★★★  Bon★★  Moyen★  Mauvais½  [Entre-deux-cotes]  –  LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

Séquences_Web

2022 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.