En salle

The Revenant

7 janvier 2016

RÉSUMÉ SUCCINCT
1823, dans le Dakota du Sud. Après avoir été laissé pour mort par ses compagnons, l’éclaireur Hugh Glass prépare sa vengeance.

LE FILM DE LA SEMAINE
The Revenant_En salle

CRITIQUE
★★★  ½

SURVIVRE À TOUT PRIX
Texte : Luc Chaput

La conquête de l’Amérique s’est faite en partie par le commerce des peaux de castors et autres pelleteries qui fournissaient les marchés européens à partir de la Nouvelle-France ou de la Nouvelle-Angleterre puis du Canada et des États-Unis après 1763. Suite à la vente de la Louisiane par Napoléon à Thomas Jefferson, le territoire à l’ouest du Mississippi est donc ouvert aux aventuriers, commerçants et autres Américains. C’est dans ce contexte que se déroule en 1823 l’aventure d’Hugh Glass.

Après avoir réussi l’envol dans
Birdman, le cinéaste se brûle
un peu les  ailes dans cette
exploration du courage et de la haine.

La séquence d’ouverture est étonnante de réalisme, la caméra nous encercle comme les personnages et nous fait participer à une attaque des Arikaras à laquelle plusieurs des membres du groupe Henry ne survivront pas. Commence alors un voyage de retour aux multiples embûches. Hugh Glass est ensuite attaqué par une ourse protégeant ses petits et ne devrait pas s’en sortir. Après la séquence d’ouverture, Alejandro González Iñárritu en remet encore plus dans l’horreur épidermique et les conflits de personnalité qui s’en suivent connaîtront une issue après plus de deux heures de séquences où les acteurs spécialement Leonardo DiCaprio et Tom Hardy sont mis en danger et à contribution de multiples manières.

La cinématographie d’Emmanuel Lubezki qui privilégie le tournage en lumière naturelle captée en numérique de très haute définition, suit les protagonistes le plus souvent au plus près tout en se permettant des plans montrant la grandeur de ces contrées que ces hommes blancs découvrent pour la première fois. Iñárritu se permet quelques envolées mystiques peu utiles pour le propos. Le rapport d’Hugh Glass avec les Amérindiens est plus égalitaire que ses confrères car il avait effectivement vécu avec des Pawnees pendant quelques années. Le courage, la vilenie, la haine parcourent aussi ces images. Le scénario, par le réalisateur et le scénariste du film d’horreur Mark L. Smith, réutilise en partie le roman The Revenant: A Novel of Revenge du haut fonctionnaire américain Michael Punke. Il refaçonne un épisode historique en une revanche quasi mythique dans un environnement proche d’un western montagneux (Jeremiah Johnson). Après avoir réussi l’envol dans Birdman, le cinéaste se brûle un peu les ailes dans cette exploration du courage et de la haine.

Sortie
vendredi 8 janvier 2016
Version originale
anglais
Version française
Le revenant

Genre : DRAME / WESTERN – Origine : États-Unis – Année : 2015 – Durée : 2 h 36 – Réal. : Alejandro González Iñárritu – Int. : Leonardo DiCaprio, Tom Hardy, Will Powler, Domhnall Gleeson, Lukas Haas, Paul Anderson, Brendan Fletcher – Dist. / Contact : Fox.
Horaires : @ Cineplex

CLASSEMENT
Interdit aux moins de 13 ans
(Violence)

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon. ★★ Moyen. Mauvais. ½ [ Entre-deux-cotes ] – LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

revuesequences.org

2020 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.