En salle

La Dernière Leçon

10 décembre 2015

RÉSUMÉ SUCCINCT
Le jour de son 92e anniversaire, Madeleine a décidé de mettre un terme à ses jours par elle-même. Lasse, affaiblie et résignée, elle annonce la nouvelle aux membres de sa famille, ce qui jette immédiatement de l’ombre sur les célébrations.

La Dernière Leçon

CRITIQUE
★★★

DERNIÈRE MARQUE D’AMOUR
Texte : Charles-Henri Ramond

Après son horripilant La Croisière (2011), Pascale Pouzadoux nous revient avec La Dernière Leçon, une œuvre basée sur un sujet sensible et complexe : le droit de mourir dans la dignité. Avec ce scénario autrement plus signifiant que ses précédentes réalisations, la réalisatrice livre un film juste et maîtrisé et se montre à l’aise tant dans la comédie que dans le drame. Mais sa démonstration est un peu trop schématique. C’est qu’en voulant s’attarder à illustrer autant les motivations poussant à une telle décision que son impact sur la famille, le scénario de Pascale Pouzadoux et Laurent de Bartillat ressemble un peu à une composition théorique travaillant principalement sur l’opposition des forces en présence.

… le duo Villalonga-Bonnaire laisse s’épanouir de superbes
scènes d’amour filial entre une mère et sa fille, emportant
ainsi le récit vers un portrait des plus touchants sur la complicité
des générations. Ne serait-ce que pour ces deux actrices
admirables, cette ode à l’amour et à la mort vaut le détour.

Face à sa détermination d’en finir, l’incrédulité de ses proches cède la place à une participation active (la fille incarnée par Sandrine Bonnaire), mais aussi à une réprobation virulente (le fils joué par Antoine Duléry). En séparant les réactions de la sorte, le film scinde son sujet de manière un peu trop évidente, les camps du pour et du contre ayant droit chacun à leur tour d’exprimer leur point de vue.

Heureusement, par l’entremise du personnage de Mady, incarné par une Marthe Villalonga toujours aussi douée dans des rôles de dames dignes et droites, une note de légèreté parvient par alléger la rhétorique. Si la réalisation ne propose rien de plus qu’un honnête téléfilm, c’est dans un traitement tout en finesse que ce sujet sensible parvient à atteindre le cœur, sans forcer le trait plus qu’il ne faut et sans puiser dans un pathos trop chargé. Car malgré sa construction un peu rigide, le duo Villalonga-Bonnaire laisse s’épanouir de superbes scènes d’amour filial entre une mère et sa fille, emportant ainsi le récit vers un portrait des plus touchants sur la complicité des générations. Ne serait-ce que pour ces deux actrices admirables, cette ode à l’amour et à la mort vaut le détour.

revuesequences.org

Sortie
Vendredi 11 déccembre 2015
Version originale
français

Genre : DRAME – Origine : France – Année : 2015 – Durée : 1 h 45 – Réal. : Pascale Pouzadou – Int. : Marthe Villalonga, Sandrine Bonnaire, Gilles Cohen, Antoine Dullery –   Dist. / Contact : Axia.
Horaires : @ Beaubien Cineplex

CLASSEMENT
Tout public

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon. ★★ Moyen. Mauvais. ½ [ Entre-deux-cotes ] – LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

2020 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.