En salle à Montréal

The Martian

1er octobre 2015

RÉSUMÉ SUCCINCT
Alors qu’une énorme tempête menace leur intégrité physique, les astronautes d’une mission d’étude sur Mars doivent évacuer la planète dans les meilleurs délais. Au cours de l’opération, le botaniste Mark Watney, frappé par des débris d’antenne, est abandonné par le reste de l’équipe qui le croit mort.

LE FILM DE LA SEMAINE
The Martian

UN GRAND DÉBROUILLARD TRÈS ISOLÉ

Luc Chaput
CRITIQUE
★★★  ½

Un homme cultive son jardin potager dans un environnement aseptisé. Il en contrôle totalement les aspects intérieurs car l’extérieur est très hostile à cet humain. Mark est le seul sur Mars, présumé mort par ses coéquipiers et les dirigeants de la NASA.

Bien loin de la vision de Hans Rudolf Giger pour Alien,
le travail du directeur artistique Arthur Max
privilégie les lignes droites et les aspects métalliques
dans les vaisseaux spatiaux et les immeubles où des
scientifiques tentent de résoudre la quadrature du cercle.

Le roman d’anticipation d’Andy Weir avait connu un grand succès public. Ridley Scott, plutôt spécialiste des monstres intersidéraux – la phrase de la publicité d’Alien est « Dans l’espace, personne ne peut vous entendre crier » — y voit un moyen de renouer avec le succès après l’accueil plus que mitigé de sa relecture de la vie de Moïse : Exodus: Gods and Kings. L’adaptation de Drew Goddard établit rapidement les paramètres de cette histoire de survie d’un Robinson sur une planète déserte. L’astronaute a l’avantage d’être botaniste et d’avoir un caractère que les nombreux tests psychologiques de son employeur ont confirmé. Il fait preuve de débrouillardise et Goddard et Scott lui donnent l’idée du journal vidéo afin de résumer ces actions dans cette histoire qui dure deux ans. Esseulé, l’humour de Mark Watney lui permet de garder le moral.

La direction photo de Darius Wolski rend bien le caractère de l’inhospitalité grandiose de cette planète plutôt orangée que rouge d’ailleurs. Bien loin de la vision de Hans Rudolf Giger pour Alien, le travail du directeur artistique Arthur Max privilégie les lignes droites et les aspects métalliques dans les vaisseaux spatiaux et les immeubles où des scientifiques tentent de résoudre la quadrature du cercle. Comment aller récupérer un homme si loin alors que ses réserves s’amenuisent? Des hommes et des femmes de diverses origines font partie de cette équipe aux allures volontairement multiculturelles. À côté de Matt Damon qui emploie bien son talent et son capital inhérent de sympathie dans le rôle central de Mark, Chiwetel Ejiofor et Jessica Chastain tirent leur épingle du jeu parmi les nombreux acteurs de cette course contre la montre.

Un emploi un peu exagéré de certaines musiques ralentit le rythme de cette aventure qui ne paraît pas si bizarre eu égard aux dernières nouvelles scientifiques sur cet astre. Ridley Scott, en redonnant à l’intelligence et à la débrouillardise sa place importante dans le film d’anticipation, amènera peut-être plus de spectateurs à s’intéresser à ces mondes bien éloignés. D’aucuns d’entre eux pourront alors trouver les failles scientifiques de cette histoire, mais le germe de leur intérêt aura déjà fleuri.

revuesequences.org

Sortie : vendredi 2 octobre 2015
Version originale : anglais
Version française  <   Seul sur Mars

Genre : Science-fiction – Origine : États-Unis – Année : 2015 – Durée : 2 h 21 – Réal. : Ridley Scott – Int. : Matt Damon, Jessica Chastain, Kate Mara, Sebastian Stan, Sean Bean, Kristen Wiig, Mackenzie Davis –  Dist. / Contact : Fox.
Horaires : @
Cineplex

CLASSEMENT
Visa GÉNÉRAL

MISE AUX POINTS
[ Les cotes reflètent uniquement l’avis des signataires ]

★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon.
★★ Moyen. Mauvais. ½ [ Entre-deux-cotes ]

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.