En salle

Anton Tchekhov 1890

10 septembre 2015

RÉSUMÉ SUCCINCT
Médecin modeste, Anton Tchekhov rédige des nouvelles pour des journaux afin de l’argent supplémentaire. Encouragé par des éditeurs et des écrivains, il commence une carrière littéraire dont les sujets vont s’inspirer de êtres et des situations vécues par son entourage.

Anton Tchekhov 1890

LE BON GRAIN ET L’IVRAIE
DE L’ACTE CRÉATIF

Luc Chaput
CRITIQUE
★★★  ½

Un médecin raconte une histoire à un enfant pour que celui-ci arrête sa manie qui lui mine sa santé. L’enfant et l’adulte qui l’accompagne sont riches et capables de payer les honoraires, mais Tchekhov soigne aussi gratuitement les pauvres malades de sa région. Cette anecdote remaniée se retrouvera dans un des contes de l’auteur et le scénariste-réalisateur René Féret moud le même type de grain puisqu’il utilise ce contexte biographique précis pour traiter de l’acte créatif dans un milieu familial.

En remaniant quelque peu la chronologie de la vie de ce
célèbre auteur, Féret nous permet d’entrer dans son univers
policé où de rares coups de feu en troublent l’atmosphère.

Féret a souvent employé des éléments autobiographiques ou familiaux dans ses films que ce soit Baptême, Histoire de Paul ou même Nannerl, la sœur de Mozart sur cette frangine plutôt oubliée de Wolfgang Amadeus qui n’était pas si aimée des dieux. Marie Féret, fille de René, interprétait cette Mozart et ici, comme plusieurs autres membres de sa fratrie, elle participe à l’entreprise créatrice familiale. Elle est l’institutrice à Sakhaline dont le portrait est remaniée par Tchekhov dans une nouvelle.
Ce voyage dans une région si éloignée de l’empire russe, permet donc à Anton de se rapprocher des humbles et rendre témoignage de la vie des prisonniers d’une katorga. Le manque de moyens dans ces scènes tournées en Norvège n’influe pas trop négativement cette représentation d’un univers si différent dont Andrey Konchalovskiy placera quelques photos significatives dans les entractes de son adaptation filmique de Oncle Vanya (Dyadya Vanya).
En remaniant quelque peu la chronologie de la vie de ce célèbre auteur, Féret nous permet d’entrer dans son univers policé où de rares coups de feu en troublent l’atmosphère. L’interprétation est bonne dans son ensemble et ce dernier film permettra peut-être à certains de vouloir visiter pur revoir cette filmographie d’un artiste récemment décédé.

revuesequences.org

Sortie : vendredi 11 septembre 2015
Version originale  : français

Genre : Drame biographique – Origine : France – Année : 2014 – Durée : 1 h 36 – Réal. : René Féret – Int. : Nicolas Giraud, Lolita Chammah, Jacques Bonnafé, Jenna Thiam, Robinson Stévenin, Brontis Jodorowsky – Dist. / Contact : FunFilm.
Horaires : @ Beaubien Cineplex

CLASSIFICATION
Visa GÉNÉRAL

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon. ★★ Moyen. Mauvais. ½ (Entre-deux-cotes) – LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

2020 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.