En salle

Nuits

6 juin 2015

La nuit, la ville devient irréelle, dévoilant une autre facette de sa personnalité. Quelques oiseaux de nuit deviennent les protagonistes de la réalisatrice.

Nuits

Par les peurs qu’elles éveillent, les amours qu’elles
déchaînent ou les rythmes de travail  bien particuliers
qu’elles entraînent, les nuits de Diane Poitras dévoilent
une autre dimension de ce que nous sommes.

ODE AU TEMPS MORT

Charles-Henri Ramond
★★★ ½

Peu montré à l’écran, l’univers nocturne revêt sous la caméra vagabonde de Diane Poitras une réelle dimension. Ce qui étonne au premier abord, c’est l’absence d’éclairages artificiels. Le film laisse à la lune et à quelques maigres reflets des lampes de chevet, des lampadaires ou des tableaux de bord de voitures le soin d’offrir quelques rais de lumière, en quantité suffisante pour évoquer, tout en gardant l’image assez sombre pour qu’elle conserve en elle une forte dose de subjectivité. Comme un entêtant poème qawwali, ou une ritournelle populaire bien de chez nous, Nuits attire aussi par des sonorités familières portant soudainement une importante part de mystère.

Par les peurs qu’elles éveillent, les amours qu’elles déchaînent ou les rythmes de travail bien particuliers qu’elles entraînent, les nuits de Diane Poitras dévoilent une autre dimension de ce que nous sommes. Se faisant attentive aux émotions profondément enracinées, la réalisatrice capte au fil de ses rencontres les attentes langoureuses et les moments volés, mais aussi les peurs et les angoisses qui façonnent les consciences nocturnes. Tourné dans un camaïeu de noir, de blanc et de teintes de gris et accompagné d’une trame sonore aussi énigmatique qu’évocatrice, Nuits est un kaléidoscope qui jalonne avec poésie la voie vers un univers parallèle, à la fois proche et lointain, abritant en son sein une communauté aussi connue que mystérieuse.

À noter que Diane Poitras, programmatrice invitée de la Cinémathèque québécoise, inaugurait cette semaine un cycle de projections intitulé Les Nuits du Cinéma qui se poursuivra jusqu’au samedi 20 juin 2015. Plus de détails : http://www.cinematheque.qc.ca/fr/programmation/projections/cycle/les-nuits-du-cinema

revuesequences.org
Sortie : Vendredi 5 juin 2015
Version originale :  français

Genre : Essai documentaire – Origine : Canada [Québec] – Année : 2015 – Durée : 1 h 14 – Réal. : Diane Poitras – Dist. / Contact : Les Films Diane Poitras (Excentris).
Horaires : @ Excentris

CLASSIFICATION
Non classé

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon. ★★ Moyen. Mauvais. ½ [ Entre-deux-cotes ] – LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

 

2020 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.