En salle

Le Plancher des vaches

7 mai 2015

RÉSUMÉ SUCCINCT
Des stages en milieu agricole permettent à des étudiants de 15 et 16 ans de se connaître davantage et de repousser leurs limites.

Le plancher des vaches

LA NATURE EN HÉRITAGE

Charles-Henri Ramond
CRITIQUE
★★★

À travers le portrait de Pascale, Raphaël et Céleste, trois adolescents de 15 et 16 ans inscrits à la Maison familiale rurale, Le Plancher des vaches nous présente un pan méconnu de la société québécoise, à mille lieux des préoccupations citadines, mais dont les problématiques sont tout aussi importantes. Car dans cet établissement situé en Estrie, c’est avant tout le savoir-faire paysan que l’on tente de transmettre aux jeunes par le biais de stages dans des entreprises agricoles de la région, offerts en alternance avec des cours académiques traditionnels.

Traversé par un courant intimiste,
lové dans la verdure des prairies
ou la blancheur des neiges
hivernales, le film réussit le pari de
se faire proche sans être inquisiteur…

Filmant l’évolution de ces jeunes au cours d’une année complète, Anaïs Barbeau-Lavalette et Émile Proulx-Cloutier offrent un regard empreint d’empathie sur le difficile passage à l’âge adulte de jeunes qui se cherchent encore, telle l’émouvante scène montrant Pascale en larmes à l’approche de sa participation à un concours de dressage, tout en montrant sans discours superflu la survie d’une agriculture à visage humain attachée à la survie de ses traditions.

Traversé par un courant intimiste, lové dans la verdure des prairies ou la blancheur des neiges hivernales, le film réussit le pari de se faire proche sans être inquisiteur, sachant garder la connivence avec ses sujets tout en restant suffisamment à l’écart pour proposer un portrait sociétal plus large. Le monde agricole québécois, souvent décrié pour sa responsabilité en matière de pollution ou de maltraitance envers les animaux, retrouve donc ici un rôle plus noble de formateur et d’éducateur de la jeunesse. C’est l’un des aspects les plus intéressants de ce documentaire touchant qui parvient à relier de belle manière l’individuel au collectif

revuesequences.org
Sortie 
: Vendredi 8 mai 2015
VO : français

Genre : Documentaire – Origine :  Canada [Québec]– Année :2014 – Durée : 1 h 15 – Réal. : Anaïs Barbeau-Lavalette, Émile Proulx-Cloutier – Dist. / Contact : Les Films du 3 mars.
Horaires :
Beaubien Excentris

CLASSIFICATION
Tout public

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon. ★★ Moyen. Mauvais. ½ (Entre-deux-cotes) – LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

2020 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.