En salle

L’Enlèvement de Michel Houellebecq

1er avril 2015

Le discours d’une certaine méthode

Élie Castiel
CRITIQUE
★★★★

Romancier, essayiste, scénariste, touchant tout ce qui alimente le discours intellectuel, Michel Houellebecq satirise la France, soumet le citoyen à la controverse de la polémique et propose, entre autres formes de discours, une idée hellénique de la démocratie. Intentionnellement, il aime choquer, se complaît dans la rédaction d’une syntaxe particulière et, mine de rien, se crée un personnage public qu’on aime ou qu’on méprise. Pour ses idées de la cause plébéienne (socratienne, peut-être ?), de la politique économique, des rapports sociaux. Bref, tout ce qui gère le monde.

LE FILM DE LA SEMAINE
PRIX DU MEILLEUR SCÉNARIO (Guillaume Nicloux)
Tribeca Film Festival 2014

L'Enlèvement de Michel Houellebecq_En salle

Et puis Guillaume Nicloux, celui à qui on doit, entre autres, l’exubérant La Religieuse (toujours inédit ici même si une sortie est prévue). Pour le cinéaste, Houellebecq n’est pas seulement un sujet, mais c’est aussi une occasion de porter un nouveau regard sur la mise en scène. Entre fiction et documentaire, L’Enlèvement de Michel Houellebecq gagne notre adhésion grâce aux personnages qu’il convoque. Ravisseurs à la petite semaine, qui ne portent pas de masques selon les dires du kidnappé. Entre eux et l’écrivain séquestré, ou plutôt se retrouvant dans un endroit de villégiature, une amitié qui se conjuge par des discours sur la vie, la littérature, la paternité, la cigarette, un peu sur la baise, et sur la bouffe.

L’humour, typiquement français, exhalte sa primauté, ravit le spectateur, et surtout nous tend le piège de la rencontre à l’amiable entre deux mondes opposés, celui de l’intellectuel désabusé et celui des gens du peuple, interrogateurs, essayant de découvrir les mécanismes des cerveaux qui pensent, soulevant des questions sur les disparités des classes sociales.

L’Enlèvement de Michel Houellebecq est d’une
originalité qui frôle tendrement avec plaisir d’exister.
D’un surréalisme à la fois jouissif et débridé.

Car le film de Nicloux est aussi une sorte d’intervention, d’une façon certaine  un essai pédagogique sur l’art d’apprendre sur le terrain les différentes composantes sociales. Comme par un détournement de notre esprit, on pense soudain à notre Patrick Straram national, notre « bison ravi », éternel fumeur, penchant pour la bouteille. Et c’est ainsi que se présente aussi Houellebecq, la cinquantaine avancée, faisant face à ces faux ravisseurs comme s’il s’agissait de nouveaux copains, s’intégrant dans le groupe avec une aisance remarquable. Et eux, ravis de vivre une expérience semblable, traitant leur « victime » de pédagogue de la vie.

Et puis la libération, là où le réalisateur se permet un coup dramatique propre à la fiction. La scène des adieux du kidnappé aux parents d’un des ravisseurs demeure d’une touchante émotion. Et pourtant, ils sont tous, y compris Houellebecq lui-même, des amateurs.

De ces acteurs nouveau-genre, un jeu naturel, un rapport à la caméra qui frise avec bonheur, un échange de gestes et de paroles qui n’ont pas affaire à la fiction, mais à la vie tout simplement. Film conçu pour la télé, L’Enlèvement de Michel Houellebecq est d’une originalité qui frôle tendrement avec plaisir d’exister. D’un surréalisme à la fois jouissif et débridé. Houellebecq ou le monde tel qu’il ne va pas, plutôt que tel qu’il va.

revuesequences.org
Sortie : Vendredi 27 mars 2015

V.o. : français ; polonais
S.-t.a. > The Kidnapping of Michel Houellebecq

Genre : Comédie dramatique – Origine :   France– Année : 2013– Durée : 1 h 36 – Réal. : Guillaume Nicloux – Int. :   Michel Houellebecq, Luc Schwarz, Maxime Lefrançois, Mathieu Nicourt, François Lebrun, Ginette Sachotzy – Dist. / Contact : FunFilm.
Horaires : Cinéma du ParcCineplex

CLASSIFICATION
En attente de classement

MISE AUX POINTS
★★★★★ (Exceptionnel). ★★★★ (Très Bon). ★★★ (Bon). ★★ (Moyen). (Mauvais). ½ (Entre-deux-cotes) – LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

2021 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.