En salle

Journal d’une femme de chambre

22 avril 2015

RÉSUMÉ SUCCINCT
Les rapports qu’entretient Célestine, femme de chambre, avec les domestiques et ses patrons, les Lanlaire.

Journal d'une femme de chambre

ANTAGONISMES ANCILLAIRES

Luc Chaput
CRITIQUE
★★★  ½

Célestine, accorte bonne, arrive dans un petit bourg provincial chez les Lanlaire et comprend rapidement qui, de madame, à la cloche insistante ou de monsieur « C’est très bien», dirige les affaires de cette maison bourgeoise qui emploie trois domestiques. Benoît Jacquot et sa coscénariste Hélène Zimmer ont élagué le roman de critique sociale d’Octave Mirbeau. L’une de leurs idées de force est de placer les retours en arrière dans la vie de Célestine sans avertissement. Le spectateur, un peu dérouté au départ, reconstitue les morceaux de cette vie de jeune provinciale toujours au service de quelqu’un deûis sa pré-adolescence.

Plusieurs des personnages secondaires ne servent qu’à exprimer les idées du temps sur la non-individualité des employées corvéables à merci. Autour de la famille Lanlaire, par courtes séquences, se dessinent plusieurs cas de figure de ces rapports entre employeurs et gens de maison et les métiers reconnus ou inavouables qui les accompagnent.

Léa Seydoux, déjà reconnue en tant que Sidonie la lectrice dans Les Adieux à la reine du même Jacquot sur la fin de l’Ancien Régime, trouve chaussure à son pied dans ce rôle de femme de chambre qui a en déjà beaucoup vu malgré son jeune âge. La caméra de Romain Winding cadre souvent en très gros plans ce beau visage d’où sortent des réflexions en aparté tellement soto voce qu’elles sont presque inaudibles.

Le statut d’un domestique est de servir, d’entendre mais de ne rien dire de déplacé même s’ils n’en pensent pas moins. Joseph, joué par un Vincent Lindon souverain, l’a parfaitement compris différenciant son travail de cocher de de sa vie privée aux actions politiques aux résonances si contemporaines auxquelles Annuel dans sa version avait aussi donné écho plus direct. Jacquot retrouve ses marques après l’inabouti 3 Cœurs en s’alliant avec les frères Dardenne coproducteurs pour cette incursion dans un monde pas si éloigné de nous malgré nos avancées techniques.

LOGO_Séquences

Sortie : Vendredi 24 avril 2015
VO : français

Genre : Drame – Origine : France / Belgique – Année : 2015 – Durée : 1 h 36 – Réal. : Benoît Jacquot – Int. : Léa Seydoux, Vincent Lindon, Clotilde Mollet, Hervé Pierre, Patric d’Assumçao, Mélodie Valemberg – Dist. / Contact : K-Films Amérique
Horaires : Beaubien Excentris

CLASSIFICATION
Visa GÉNÉRAL
(Déconseillé aux jeunes enfants)

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon. ★★ Moyen. Mauvais. ½ (Entre-deux-cotes) – LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

2020 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.