En salle à Montréal

Furious 7

1er avril 2015

L’esbroufe leur va si bien

Élie Castiel
CRITIQUE
★★★

Dû au décès de Paul Walker pendant le tournage, Furious 7 (Furious Seven au générique) sera-t-il le dernier opus de la célèbre série populaire ? Toujours est-il que ce septième épisode ne recule devant rien en matière d’action et d’invraisemblables cascades de revirements rocambolesques.

Furious 7

Nous sommes convaincus qu’il s’agit d’un cinéma
de l’esbroufe, du plaisir facile, de la déconnade sans
concessions, d’un petit côté romantique enfoui chez
chacun  des protagonistes testostéronés au max
(y compris les personnages féminins), mais on y adhère,
question de savourer ces moments de tension cinématographique.

Tout est ici calculé en fonction de l’épate, des sensations primaires. Avec des têtes d’affiche telles que Vin Diesel, Paul Walker (pour une partie du film uniquement), Dwayne Johnson et Jason Statham (dont les fans inconditionnels regretteront qu’il ait hérité d’un rôle de bad guy), aucune possibilité de rater son coup. Au cours des années, les films de la collection Fast and Furious ont changé la trame de leur récit ; peu à peu, ce qui avait débuté comme des films sur les courses automobiles illégales s’est transformé en quasi thriller d’action, à la limite, politique au second degré.

Dû sans doute à la disparition tragique et inattendu de Walker, Furious 7 se présente, en quelque sorte, comme un film hybride tant le récit, d’une localité à l’autre, transforme le genre au gré des situations. Sur ce point, la partie ayant lieu à Abu Dhabi est la plus réussie, plagiant quasi inconsciemment et avec assez de candeur la série James Bond, voire même Bourne. Mais c’est cool, plein de bonnes intentions (pour le genre) et d’une efficacité fort rafraîchissante.

Nous sommes convaincus qu’il s’agit d’un cinéma de l’esbroufe, du plaisir facile, de la déconnade sans concessions, d’un petit côté romantique enfoui chez chacun des protagonistes testostéronés au max (y compris les personnages féminins), mais on y adhère, question de savourer ces moments de tension cinématographique.

Au dernier plan, tourné à vol d’oiseau, l’objectif de la caméra jette son regard sur les voitures conduites par Diesel et Walker. Et puis, soudain, à la croisée des chemins, le premier se dirige à droite vers un avenir incertain ; Walker, à gauche, annonçant en quelque sorte son ultime voyage. Ces quelques minutes de vive et sincère émotion valent à eux seuls quelques points de plus à notre jugement.

 revuesequences.org
Sortie : Vendredi 27 mars 2015

V.o. : anglais
V.f. > Dangereux 7

Genre : Action – Origine :   États-Unis – Année : 2015 – Durée : 2 h 17 – Réal. : James Wan – Int. : Vin Diesel, Jason Statham, Dwayne Johnson, Dijmoun Hounsou, Paul Walker, Michelle Rodriguez, Kurt Russell – Dist. / Contact : Universal.
Horaires :
Cineplex

CLASSIFICATION
Interdit aux moins de 13 ans

MISE AUX POINTS
★★★★★ (Exceptionnel). ★★★★ (Très Bon). ★★★ (Bon). ★★ (Moyen). (Mauvais). ½ (Entre-deux-cotes) – LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.