En salle

P’tit Quinquin

18 février 2015

Semaine du 20 au 26 février 2015

LE FILM DE LA SEMAINE
PRIX DE LA CRITIQUE (Fipresci)
São Paulo International Film Festival 2014

P'tit Quinquin_En salle

Sortie : Vendredi 20 février 2015
V.o. : français

COMÉDIE DRAMATIQUE > Origine :   France – Année : 2014 – Durée : 1 h 39 – Réal. : Bruno Dumont – Int. : Alane Delhaye, Bernard Provost, Philippe Jore, Lucy Caron, Céline Sauvage, Philippe Peuvion – Dist. / Contact : FunFilm | Horaires / Versions : Excentris

CLASSIFICATION
En attente de classement

APPRÉCIATION
LE CHANGEMENT DANS LA CONTINUITÉ
Texte : Jean-Marie Lanlo
Cote : ★★★ ½

Non seulement Dumont est-il parvenu à choisir les meilleurs mauvais acteurs possibles (ceux capables, par leurs faiblesses naturelles et assumées, de rendre irrésistibles les personnages qu’ils incarnent), mais il a su, en plus, les associer à d’autres beaucoup mieux adaptés à leurs rôles (toute la famille du P’tit Quinquin, son père incarné par Philippe Peuvion en tête). Cette dose d’incongruité injectée dans un univers très réaliste parvient une nouvelle fois (comme ce fut le cas pour Hors Satan, entre autres) à perturber la logique du monde.

La comédie et la télésérie ne font donc que renforcer le travail cinématographique de Dumont. Avec P’tit Quinquin, plus que jamais, il transforme, manipule, triture le réel en donnant l’impression d’y coller au plus près (texture de l’image, son direct, décors naturels, majorité du casting hyperréaliste) pour nous déstabiliser encore plus. Dans P’tit Quinquin, comme ailleurs chez Dumont, rien n’est blanc ou noir, bon ou mauvais… pas même le jeune héros. Il est certes attentionné (parfois), mais cela ne l’empêche aucunement de faire preuve d’un racisme sans limites (on pourrait presque voir en lui l’enfant qui deviendra plus tard le héros de La Vie de Jésus !).

Alors, P’tit Quinquin est-il un virage en épingle à cheveux dans la filmographie de Dumont ? Beaucoup moins qu’il n’y paraît au premier abord ! Il s’agit plutôt d’un changement dans la continuité. Le comique n’est aucunement une manière de laisser de côté ce qu’il a fait au préalable. Bien au contraire : ce n’est rien d’autre qu’une nouvelle arme trouvée par Dumont pour continuer à observer l’humain… mais aussi le tragique et l’absurdité du monde qui l’entoure. Cependant, il le fait cette fois en s’adressant à un public bien plus large qu’à l’accoutumée (1,3 million de téléspectateurs en France pour les deux derniers épisodes). Il ne nous reste plus qu’à souhaiter à P’tit Quinquin de rester à l’affiche plus d’une semaine dans les salles québécoises !

MISE AUX POINTS
★★★★★ (Exceptionnel) ★★★★ (Très Bon) ★★★ (Bon) ★★ (Moyen) (Mauvais) ½ (Entre-deux-cotes) – LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

2020 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.