En salle à Montréal

Paddington

15 janvier 2015

Semaine du 16 au 22 janvier 2015
Paddington

Sortie : Vendredi 16 janvier 2015
V.o. : anglais
V.f. – Paddington

Genre : Comédie | Origine : Grande-Bretagne / France / Canada – Année : 2014 – Durée : 1 h 35 – Réal. : Paul King – Int. : Hugh Bonneville, Sally Hawkins, Nicole Kidman, Samuel Joslin, Madeleine Harris, Jim Broadbent – Dist. / Contact : Séville | Horaires / Versions  : Beaubien Cineplex

CLASSIFICATION
Visa GÉNÉRAL

APPRÉCIATION
IMMIGRATION DOUCEMENT CLANDESTINE
Luc Chaput
★★★  ½

La suite de livres jeunesse de Michael Bond sur cet ourson, amateur de marmelade aux oranges et doué de la parole et parlant anglais avec un accent British, fut commencée dans les années 50. Elle est rendue à une trentaine d’ouvrages qui ont connu un immense succès international symbolisé par la statue du dit ours placée dans la gare qui lui a donné son nom. Le producteur David Heyman avait réussi à rendre plus visiblement célèbre un quai mythique d’une autre gare de cette métropole dans sa série d’adaptation des Harry Potter.

Le réalisateur Paul King conserve l’esprit fantaisiste des livres dans son scénario où Paddington côtoie dans le quartier multiculurel de Portobello Road d’autres nationalités, musiques et manières de vivre. L’étiqette que porte Paddington et qui le mène à Londres fait aussi référence aux Kindertransports qui ont sauvé 10,000 enfants juis européens de la Shoah. Cet épisode est évoqué de subtile manière dans une courte et précise animation.

Paddington devient donc une représentation joviale, velue et en peluche du nouvel arrivant confronté aux us et coutumes plus ou moins étranges qu’il doit assimiler ou naviguer avec tact. Le caractère quelquefois balourd de ce plantigrade explorateur permet à King de parsemer de gags virevoltants qui feront sûrement rire. D’autres allusions plus cinématographiques ou des jeux de mots parsèment ce périple enjoué dans lequel Nicole Kidman interprète avec délectation Millicent Clyde, une méchante taxidermiste frustrée. Hugh Bonneville et Sally Hawkins sont parfaits dans des parents transformés par l’arrivée de cet être, compagnon de jeux de leurs mioches. Le réalisateur et son équipe de production ont réussi à souligner de belle manière le caractère multiforme de cette métropole pourtant si britannique dans cette adapttion réussie d’une série mythique.

MISE AUX POINTS
★★★★★ (Exceptionnel) ★★★★ (Très Bon) ★★★ (Bon) ★★ (Moyen) (Mauvais) ½  (Entre-deux-cotes) – LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.