En salle

American Sniper

15 janvier 2015

Semaine du 16 au 22 janvier 2015

American Sniper

Sortie : Vendredi 16 janvier 2015
V.o. : anglais
V.f. – Tireur d’élite américain

Genre : Drame de guerre | Origine : États-Unis – Année : 2014 – Durée : 2 h 15 – Réal. : Clint Eastwood – Int. : Bradley Cooper, Sienna Miller, Luke Grimes, Jake McDormand, Max Charles, Kyle Gallner – Dist. / Contact : Warner | Horaires / Versions  Cineplex

CLASSIFICATION
Interdit aux moins de 13 ans
(Violence / Langage vulgaire)

APPRÉCIATION
HOMMAGE À UN GUERRIER PROFESSIONNEL
Luc Chaput
★★★

Chris Kyle, un tireur d’élite américain a été posté en Irak et y a fait quatre tours de combat. Le réalisateur Clint Eastwood fut rendu célèbre par son rôle du cowboy solitaire dans les films de Sergio Leone et a montré la place de la violence et de la vengeance dans plusieurs de ses films. Il traite ici, dans une manière très classique, cette biographie de celui qui avait acquis le surnom de Légende pour son travail de précision de tueur de longue distance et son simple rapport avec les soldats anonymes qui le côtoyaient. Le scénario de Jason Hall adapte l’autobiographie que Kyle a écrit avec l’aide de Scott McEwen et Jim DeFelice, American Sniper: The Autobiography of the Most Lethal Sniper in U.S. Military History.

Le film trace un rapide portrait de l’enfance et de l’adolescence campagnarde de Kyle, de sa volonté de faire partie des SEAL, principale force spéciale de la US Navy. Eastwood, dans ces épisodes subséquents d’entrainement, fait écho à d’autres vus ailleurs comme dans An Officer and a Gentleman. La rencontre avec Taya a d’aillleurs lieu dans un bar et celle-ci y montre un caractère certain. Sienna Miller a alors la chance de montrer l’étendue de son talent dans ce rôle d’épouse vivant anxieuse loin des combats. Le poids psychologique des actions en territoire iraquien où le danger peut surgir à tout moment est donc souligné surtout dans les pérodes de décompression lors des retours aux États-Unis. Le duel avec un tireur d’élite ennemi qui tente de l’éliminer ressemble à celui d’Enemy at the Gates de Jean-Jacques Annaud et reprend à des distances bien supérieures le motif des combats à la carabine dans les westerns.

Contrairement à son diptyque sur Iwo Jima qui honorait aussi le travail des guerriers japonais, les personnages arabes sont peu différenciés et reflètent ainsi la vision de Kyle sur ce conflit. Bradley Cooper interprète avec panache et retenue cet homme doué de dons spéciaux. L’arrière-plan stratégique est considérablement réduit dans ce portrait machiste d’un soldat auquel une partie du peuple américain a rendu un hommage manifeste lors de son décès.

MISE AUX POINTS
★★★★★ (Exceptionnel) ★★★★ (Très Bon) ★★★ (Bon) ★★ (Moyen) (Mauvais) ½ (Entre-deux-cotes) – LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

2020 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.