En salle

RoboCop

7 février 2014

En quelques mots
★★ 1/2
Pour le genre, car il faut juger les films selon le genre abordé et non pas en suivant un quelconque code dictatorial, aujourd’hui  à la mode dans certains cercles cinéphiliques, le nouveau RoboCop est un délice, du bonbon. José Padilha est le Brésilien qui nous avait concocté les deux Escouade d’élite, d’une belle audace quant à la violence, excessifs, voire même ludiques malgré quelques faiblesses fort bien assumées. Avec RoboCop, nous sommes devant un nouvel héros humain, trop humain. À l’intérieur de sa carcasse métallique, ce cache une portion d’homme qui n’a pas perdu son âme et conscience.

Jusqu’à ce que Padilha décide qu’il est temps de mettre tout en œuvre pour plaire à la galerie. Il faut se laisser aller à la force du spectacle, à son ironie volontairement agaçante, à sa référence à certains individus médiatisés (le célèbre Robert Novak n’est pas si loin), à cette tendance vers la critique des médias et leur goût de la provocation. Sur ce point, Samuel L. Jackson est tout à fait remarquable dans sa caricature soigneusement équilibrée.

Les effets numériques garantissent une mise en scène solide, intentionnellement grand public, mais par pour autant déficiante dans sa critique de la société. Il est question d’une nouvelle communauté d’humains axée sur l’immédiateté quant à la réception de l’information, sur la technologie non seulement omniprésente, mais malicieusement tentaculaire, un monde qui s’en va vers le néant si on évite de regarder de plus près. Tous y passent, la famille, les médias, les politiciens, les hommes d’affaires véreux. Mais il y a aussi ceux chers à RoboCop, intelligemment incarné par le suédois Joel Kinnamen, dont les pas stridents et combatifs ne sont que plus inquiétants grâce à l’omniprésente musique de Pedro Bromfman. Si de plus en plus de cinéastes étrangers s’infiltrent dans le compétitif et vorace territoire hollywoodien, certains comme Padilha le font avec une pugnacité étonnante. > Élie Castiel

Sortie : Mercredi 12 février 2014
V.o. : Anglais
V.f. – RoboCop

SCIENCE-FICTION | Origine : États-Unis – Année : 2013 – Durée : 1 h 57  – Réal. : José Padilha – Int. : Jack Kinnaman, Gary Oldman, Michael Keaton, Samuel L. Jackson, Jay Baruchel, Abbie Cornish – Dist. / Contact : Columbia | Horaires / Versions / Classement : Cineplex

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Remarquable. ★★★ Très bon. ★★ Bon. Moyen. Mauvais. ☆☆ Nul … et aussi 1/2 — LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

2021 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.