En salle

Django Unchained

21 décembre 2012

Sortie : mardi 25 décembre 2012 – v.o. : anglais
v.f. / s.-t.f. – Django déchaîné

WESTERN | Origine : États-Unis – Année : 2012 – Durée : 2 h 45  – Réal. : Quentin Tarantino – Int. : Jamie Foxx, Leonardo DiCaprio, Samuel L. Jackson, Christoph Waltz, Kerri Washington, Zoe Bell, Jonah Hill, Tom Savini, James Remar  – Dist. / Contact : Alliance | Horaires / Versions / Classement : Cineplex – Excentris

Résumé
Grâce à son mentor, un esclave devenu chasseur de primes vient au secours de sa femme, sous l’emprise d’un propriétaire de plantation brutal et sans scrupules.

En quelques mots
★★ 1/2
Après la lutte contre les Nazis durant la Seconde Guerre mondiale dans Inglourious Basterds, Tarantino s’attaque à la période esclavagiste aux États-Unis. La recréation historique du milieu du XIXe siècle avec ses excès, sa saleté, sa dureté, sa cruauté même envers ces gens que certains ne considéraient pas comme des humains, est essentiellement exacte dans la plupart de ses détails. Tarantino désarçonne le spectateur par des anachronismes de langage et  de musique où les mouvements de caméra et certaines séquences rendent aussi hommage au créateur de Django (1966), le réalisateur italien Sergio Corbucci. Saupoudré de séquences plus humoristiques, le film souffre pourtant d’un manque de rythme, la première partie de long apprentissage étant portée par l’ironie de King Schultz  qui trouve en Django un assistant supérieur à ses attentes. L’arrivée dans le Sud profond tourne plutôt rapidement dans l’affrontement entre Django, chevalier noir, avec le grand propriétaire Candie interprété de manière jouissive par un Leonardo DiCaprio en forme. Samuel L. Jackson est un Oncle Tom retors dans la peau de Stephen, homme de confiance de Candie et sert donc de sombre miroir aussi à King, où Christoph Waltz peut créer un Allemand sympathique après le diabolique colonel Landa d’Inglourious. Tarantino réussit cette fois encore à nous intriguer, en revisitant, dans une Amérique au début de l’ère industrielle, certains mythes fondateurs de l’amour conjugal éternel. >> Luc Chaput

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Remarquable. ★★★ Très bon. ★★ Bon. Moyen. Mauvais. ☆☆ Nul … et aussi 1/2 — LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

2020 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.