SFashion

28 décembre 2016

CRITIQUE-Web
★★★★
Texte : Élie Castiel

LE DÉCLIN DISCRET DE LA BOURGEOISIE

Il nous bien permis d’affirmer que, dans le cinéma transalpin, Mauro John Capece demeure une énigme, pas exactement une ambiguïté cinématographique, loin de là, mais un cinéaste agréablement étrange et difficile à déchiffrer si on commet l’erreur de ne pas prêter attention à la gestation de ses films. Réalisateur, fin connaisseur en mises en scène et en productions numériques, pionnier d’un cinéma indépendant hors des institutions, Capece touche à tout ce qui a trait aux images en mouvement, s’installant dans l’ère du temps avec un enthousiasme aussi délirant que ses films, dont on a vu il y a quelque temps La scultura (2015) au Festival des films du monde de Montréal.

sfashion_02

Corinna Coroneo et Giacinto Palmarini : une complicité harmonieuse

Cinéaste-auteur habitué aux manifestations cinématographiques plus qu’au parc des salles, son approche rallie allègrement proposition narrative et engagement formel, une de ses caractéristiques dont il s’est fait une spécialité. Récit linéaire et motifs expérimentaux, dont une tendance vers l’architecture des espaces concrets et extérieurs, se juxtaposent souvent avec acharnement, se libèrent de tout attachement aux codes standardisés et, mine de rien, se présentent en fin de compte comme des objets filmiques lumineux et hautement discursifs.

Malgré les inconvéniens et nombreux obstacles d’organisation constatés au dernier Festival des films du monde, SFashion, son tout dernier opus, a quand même été présenté. Je l’ai rencontré lors d’une réception. Capece était accompagné de Corinna Coroneo, actrice principale, sorte de muse du réalisateur, présente dans ses trois derniers films. À bien y penser, on peut imaginer que le choix de cette actrice n’est pas une coïncidence, mais fort probablement une idée fixe de Capece, comme s’il s’agissait d’avoir discrètement subtiliser une de ces magnifiques mosaïques de la Rome antique représentant un corps féminin.

Et puis SFashion, dont le titre original éclaire beaucoup plus sur la narration (SFashion – La neoborghese Via Crucis, autrement dit « chemin de croix de la nouvelle bourgeoise », titre on ne peut plus politique situant Pece dans le cercle de ces cinéastes qui, au-delà de leur approche filmique, tente de discourir sur l’état du monde.

La crise financière de 2008 était-elle une invention totalement complotée par le milieu banquier ou plutôt une des conséquences de la mondialisation ? Question tout à fait abstraite à laquelle le réalisateur tente de répondre par le récit d’une chef d’entreprise de mode, établissement hérité de son grand-père, à qui elle voue une admiration sans bornes.

La crise a atteint des classes sociales autrefois invulnérables. Désormais,l’argent doit être utilisé à des besoins urgents. Entre réalités économiques et pensées macabres, Evelyn (c’est le nom de l’héroïne) est un personnage qui permet au cinéaste de parfaire son discours, entretenant entre la subjectivité, l’objectivité et l’art de la représentation une proposition esthétique audacieuse, parfois volontairement alambiquée, mais toujours porteuse d’intéressants motifs qui confirment, de plan en plan, son propre cinéma. C’était déjà le cas dans La scultura, là où l’érotisme prenait plus de place, devenant en quelque sorte un personnage à part, montrant de plan en plan sa propre évolution.

Ici, Freud et ses théories sont au rendez-vous. L’indiscrète et omniprésente caméra de Giulio Bastioni, autrefois chef électricien dans plus de cinquante-cinq productions, signe ici sa première direction photo. Habile, caressant le mouvement des espaces, aussi linéaires que sinueux, notamment intérieurs, il entretient entre eux et les personnages des liens tantôt sereins et souvent pervers. Il y a dans sa prise des images une sensualité envoûtante, extrovertie, presque abstraite, au diapason des protagonistes.

sfashion_03

L’olivier  n’est que le double alter-ego, celui d’Evelyn et de son grand-père, autre pièce d’un puzzle cinématographique qui nécessite quelque chose de rare aujourd’hui : notre totale adhésion.

Après une première partie où les épreuves du licenciement de nombreux employés sont montrées objectivement, sans aspérités, Capece se permet une pause esthétique où Evelyn, devenue un Jésus au féminin, souffre le martyre du chemin de croix et de la crucifixion. Cette séquence audacieuse pourrait entraîner l’ire des organismes religieux, dont le Vatican en premier. Mais à chacun de l’interpréter à sa façon. L’hommage aux maîtres du surréalisme pictural et cinématographique est éloquent, et l’admiration de Capece est tout à fait évidente.

SFashion est peuplé de personnages qui semblent prisonniers d’un monde (l’entreprise de mode) en déclin, un microcosme où le superficiel est en voie de disparition ; et lorsque les principaux entrepreneurs en sont conscients, cet espace privé et autrefois prisé tombe en ruine.

Si la crise économique a engendré le déclin d’une certaine classe bourgeoise en Italie, on ne peut que le regretter ; tout simplement parce qu’à travers les films de cinéastes tel qu’Antonioni, Fellini, Scola et autres poètes italiens qui ont su brosser le portrait satirique ou critique de cette classe privilégiée, c’est à l’âge d’or du cinéma italien et à ses œuvres inoubliables que nous avons été les heureux témoins. Mauro John Capece s’en est sans doute inspiré.

La grande surprise du film, c’est la présence magnétique de Giacinto Palmarini (Bartolomeo), dont la carrière théâtrale est parsemée de succès. Son intériorité émeut, sa présence charismatique ne laisse pas indifférent et, somme toute, permet à Corinna Coroneo de briller dans ses meilleurs moments, des passages de complicité harmonieuse qui transforment l’actrice en égérie souveraine, tout comme si, consciemment et sans doute par foi, elle attribuait au plan et à son intériorité une nouvelle et sublime signification.

Film quasi inclassable que SFashion, mais tout aussi passionnant par les questions qu’il pose autant sur le cinéma que sur le monde et les rapports entre l’argent, l’art et la création. Et l’olivier (l’arbre que l’héroïne prénomme « Antoine »), n’est que le double alter-ego, celui d’Evelyn et de son grand-père, autre pièce d’un puzzle cinématographique qui nécessite quelque chose de rare aujourd’hui : notre totale adhésion.

Si la crise économique a engendré le déclin d’une certaine classe bourgeoise en Italie, on ne peut que le regretter ; tout simplement parce qu’à travers les films de cinéastes tel qu’Antonioni, Fellini, Scola et autres poètes italiens qui ont su brosser le portrait satirique ou critique de cette classe privilégiée, c’est à l’âge d’or du cinéma italien et à ses œuvres inoubliables que nous avons été les heureux témoins. Mauro John Capece s’en est sans doute inspiré.

SFASHION : LA NEOBORGHESE VIA CRUCIS  | Origine : Italie – Année : 2016 – Durée : 1 h 39 – Réal. : Mauro John Capece – Scén. : Mauro John Capece, Corinna Coroneo – Images : Giulio Bastioni – Mont. : Francesca Pasquaretta – Mus. : India Czajkowska –  Son : Fabrizio Quadroli, Andrea Massi – Int. :  Corinna Coroneo (Evelyn), Giacinto Palmarini (Bartolomeo), Randal Paul (Mr. Cunningham), Andrea Dugoni (Stefano, ex-mari d’Evelyn), Denis Bachetti (styliste), ainsi que Mara D’Alessandro, Elvezio Rosati, Gabriele Silvestrini, Cristina Botteon – Prod. : Giuseppe Lepore.

MISE AUX POINTS
★★★★★  Exceptionnel★★★★  Très Bon★★★  Bon★★  Moyen★  Mauvais½  [Entre-deux-cotes]  –  LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

sequences_web

2017 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.