En lumière

Fantasia 2018 – VI

30 juillet 2018

LA JOURNÉE DES MORTS-VIVANTS
Membre assidu du public depuis les débuts, Yves Gendron continue sa ronde fantasienne avec deux morceaux de choix, en accord (ou presque) avec son répertoire dans le cinéma de genre.

THE DARK
★★★

Fin de l’enfance dans la forêt maudite

Dans une forêt isolée, une morte-vivante encore adolescente découvre un jeune garçon gravement mutilé aux yeux et totalement traumatisé. D’étranges liens vont se nouer entre les deux êtres meurtris.

Malgré la violence graphique et le caractère morbide du récit, The Dark s’avère à la base un conte allégorique moderne. Cela explique la manière inconsistante avec laquelle la morte vivante est dépeinte et dont la condition n’est d’ailleurs jamais expliquée. La trame narrative consiste la plupart du temps en une succession de très longues scènes suivant de près   par un ou deux personnages qui débouchent souvent par une mise à mort sanglante.

Tout est filmé avec un grand sens de l’ambiance par une caméra très mobile. Premier film de Justin P. Lange qui adapte un court métrage de sa création, The Dark démontre autant une très bonne maîtrise formelle qu’une forme de poésie macabre insolite. Tournée dans son ensemble dans une forêt, l’attrait du film repose sur son atmosphère de morbidité mélancolique et sa façon la fois lugubre et sensible de dépeindre deux jeunes ados défigurés par Nadia Alexander et Toby Nicols. Excellents acteurs, ceux-ci parviennent à exprimer toutes les douleurs intérieures de leurs personnages même s’ils ont le visage couvert de maquillage prosthétique. Le film repose presque totalement sur leurs prestations.

Cela dit, avec son récit lent et posé et ces tenants et aboutissants qui se devinent bien vite, j’ai eu peu d’intérêt pour The Dark tout en reconnaissant ces qualités. À vrai dire, j’avais hâte qu’il se termine. Ce n’est vraiment pas un film pour les amateurs de gore et de sensations fortes. Toutefois, un spectateur dans le bon état d’esprit pourrait, lui, être captivé par ce conte onirique ténébreux et original.

Suite

Fantasia 2018 – V

22 juillet 2018

TEXTES
| Yves Gendron |

VIOLENT VOYAGER
★★★★

Un savant fou kidnappe les enfants d’une région rurale japonaise en les attirant dans un faux parc d’attractions,Violent Voyager. Victime d’expériences atroces un des jeunes capturés va tenter de s’en sortir et de se venger.

L’animateur japonais Ujicha a créé son œuvre à partir de papiers découpés déplacés dans l’image auquel il ajoute fréquemment des liquides gluants. Cette approche simple est rehaussée par sa maîtrise et une imagination particulièrement tordue.

C’est que ces récits centrés sur des enfants tiennent de l’horreur fantastique la plus viscérale ; torture, transformation grotesque, mort atroce, tout y passe. Dans son genre, c’est un vrai Cronenberg de l’animé. Fantasia avait déjà présenté son premier film en 2013 Burning Buddha Man qui avait susciter une forte impression. Suite

Fantasia 2018 – IV

AU CŒUR DES TÉNÈBRES
| Yves Gendron |

Deux films des Philippines extrêmement sombres et brutaux dont chacun à sa façon rend compte de l’épouvantable violence urbaine et le malaise social aussi troublant que désespéré qui en résulte. Ce pays est en proie à une guerre contre la drogue particulièrement sanglante et vicieuse. Les Philippines ont un président autoritaire qui encourage les exécutions extrajudiciaires et la police sanctionne également l’emploi d’escouades de la mort pour exterminer la racaille.

NEO MANILA
★★★★

Exterminatrice de vermines de jour, tueuse à gages pour la police la nuit, Rita prend sous son aile un jeune orphelin des rues, Toto. Elle cherche même à l’initier à son travail nocturne. Cela ne peut mener qu’à la tragédie.

Alliant polar et réalisme social, Neoanilla a été tournée dans les rues de Manille avec des caméras sur épaules. La cinématographie ténébreuse et le rythme lent et posé du film mettent en valeur les personnalités troubles et vulnérables des personnages malgré leurs activités meurtrières.

On pourrait reprocher au film une ou deux facilités narratives un peu trop évidentes, mais à part cela, il s’agit d’une tragédie des rues des plus sombres et poignantes. Un petit chef-d’œuvre en son genre.

Suite

Fantasia 2018 – III

17 juillet 2018

Tous les textes sont signés | Yves Gendron |

DESTINY
★★★★

Une jeune femme nouvellement mariée doit faire face à l’excentricité de son époux écrivain et surtout à la nature surnaturelle de Kamakura, la petite ville rurale où le couple habite. Point focal d’énergie magique : les humains coexistent dans Kamakura avec des fantômes, des gobelins et des esprits frappeurs comme si de rien n’était. Toutes sortes d’événements insolites surviennent au couple, certains comiques, mais d’autres plus dangereux.

Adaptation en vue réelle d’une série manga, Destiny est une sorte de Harry Potter nippon ; il décrit un monde où merveilleux et quotidiens se côtoient. Il en résulte une forme de réalisme magique pittoresque des plus cocasses.

Destiny a été réalisé par le Japonais Takashi Yamazaki, spécialiste à la fois des effets spéciaux et des adaptions manga. Son expertise se fait très bien sentir dans l’application efficace, mais mesurée des traitements de l’image. Cela dit, c’est la prestation des acteurs qui fait le charme du film ; ils jouent d’une manière légèrement exagérée mais qui colle au ton fantasque de l’univers dépeint. L’actrice Mitsuki Takahata est spécialement attachante dans le rôle adorable d’une femme enfant pleine de candeur et d’émerveillement.

La dernière partie du film tombe dans le monde de l’au-delà et son caractère bucolique et surréaliste évoque l’univers merveilleux du Voyage de Chihiro. Tombant dans le spectacle CGI, ce monde artificiel n’a pas l’ambiance du monde réel vue précédemment, mais encore une fois le charme des personnages garde les spectateurs accrochés.

Après avoir vu des films lourds en drames et en violence sanglante, un film aussi féerique et amusant que Destiny est des plus rafraîchissants ; à mon sens, le plus agréable que j’ai vu jusqu’à présent.

FIVE FINGERS OF DEATH
 ★★★★

Au cours des quatre dernières années, Fantasia a présenté des films des studios Shaw Brothers tenant d’un cinéma d’arts martiaux quasi psychédélique dû à son extravagance fantastique : Bastard Swordsman, Demon of the Luth, Buddha’s Palm et Holy Flame of the Martial Word.

Changement de programme cette année puisque cette fois-ci les deux films Shaw évoquent les films d’exploitation culte des années 70 : The Oily Maniac et surtout Five Fingers of Death.

Le grand titre de gloire de Five Fingers of Death est d’avoir été le tout premier film kung-fu hongkongais à être présenté au grand public américain en mars 1973, contribuant à initier l’engouement pour les films martiaux asiatiques. Il précède de plusieurs semaines la venue des films de Bruce Lee. Five Fingers a donc un statut culte un peu spécial auprès des amateurs du genre. Mis à part Fist of Fury présenté lors de la visite de Nora Miao en 2004, Five Fingers est également le plus ancien film kung-fu à jamais être présenté à Fantasia.

En 1973, King Boxer (le titre anglais original du film) a introduit aux Occidentaux non seulement du « vrai » kung-fu chinois, mais l’approche extravagante des films d’arts martiaux hongkongais en ce qui a trait particulièrement à l’action et à la violence. En plus, bien entendu, des conventions du genre : relation maître-élèves, quête de la vengeance, scènes d’entraînement et autres florilèges.

Avec le recul, le film a vieilli à bien des égards, mais la mise en scène et les séquences d’action conçues par le coréen Walter Chang demeurent superbement dynamique et grâce à la technique du zoom et à un montage heurté, garantissent la puissance filmique de l’action.

Le public fantasien a été bien servi par ce spectacle kung-fu, certes dépassé, mais en même temps baroque et viscéral, rempli de coups de karaté fracassants, de grands-sauts aériens, de jets de sang écarlate et de palm power luisant.

THE UNITY OF HEROES
★★

Avec The Unity of Heroes, Vincent Zhao reprend le rôle de Wong Fei Hung qu’il avait déjà joué pour Tsui Hark il y a plus de vingt ans dans Once Upon A Time In China IV, V et une télésérie. L’entourage de Wong : Leung Foon, Butcher Wing Club Foot et Tante 13 sont également de la partie, mais les rôles sont tenus par de nouveaux acteurs et s’expriment en mandarin.

Ce nouveau film reprend presque tous les artifices et conventions de la série originale. Héros vertueux et patriote, Wong fait de nouveaux face à des étrangers malfaisants, des maîtres d’arts martiaux chinois arrogants, aux pitreries cocasses de ses disciples et aux mœurs occidentales de sa fiancée.

Le seul véritable ajout notable au moule original est la présence d’une autre chinoise influencée par l’Occident, et au comportement ambivalent. La xénophobie anticolonialiste compréhensible dans le contexte des Once Upon a Time in China originaux est aussi pesante que caricaturale, mais consistante avec l’approche maintenant prévalente envers les étrangers dans les films d’action chinois. Suite

Fantasia 2018 – II

16 juillet 2018

Fantasia 2018 – II

LA NUIT A DÉVORÉ LE MONDE
| Yves Gendron |

★★★

Imaginez un peu que vous vous réveilliez du jour au lendemain dans un monde zombie.   Tel est le cauchemar auquel doit faire face le protagoniste de La nuit a dévoré le monde. M’appuyant sur cette prémisse, je m’attendais à quelque chose comme « les zombies se font Paris », mais le film de Dominique Rocher lorgne plus du côté de la nouvelle fantastique Je suis une légende (I Am Legend) de Richard Matheson. Le film se trouve donc circoncis à un seul protagoniste et à un seul lieu : le bloc appartement ou il a trouvé refuge. La nuit a dévoré le monde présente ses efforts pour survivre avec les moyens du bord tout en faisant face à la menace zombie et à une terrible solitude. Suite

Fantasia 2018 – I

14 juillet 2018

Voici venu le temps de l’année où les cinéphiles n’ont d’yeux que pour l’incontournable Fantasia, le festival de films de genre le plus prisé, non pas uniquement pour la sélection des films, mais aussi pour l’ardeur, l’enthousiasme et la convivialité des organisateurs. Avec le temps, la programmation s’enrichit d’œuvres auxquelles on n’aurait pas pu s’attendre il y a une ou deux décennies. Nous vous laissons le soin de les découvrir, vous, les inconditionnels de l’évènement. En attendant, nous avons demandé à Yves Gendron, fantasieux de la première heure, de couvrir l’évènement. Ses propos suivront une simple règle : ils seront rédigés avec ce qui sort des tripes, instinctivement, loin des propositions parfois philosophiques et analytiques dont nous sommes fièrement habitués. Question de rafraîchir le site en cette période estivale.

 

Élie Castiel
Rédacteur en chef Suite

La fiancée

20 juin 2018

HORS-CHAMP
| Élie Castiel |

★★★★

SIAMO TUTTI COSÌ

Quelque chose qu’on peut accorder à Giovanni Princigalli, c’est bel et bien sa détermination, sa gouaille bien pensante et son enthousiasme fervent à filmer son identitaire, pour ne pas oublier, pour laisser des traces dignes, pour en faire ressortir, parfois par le regard moqueur rempli de tendresse, ce que cette même appartenance possède de plus humain.

Carolina est une Italienne de 80 ans; elle va rencontrer Yolaine, une jeune femme cubaine dans la trentaine qui semble fuir son futur mari, Frank, un Italo-québécois qui, sûrement, a arrêté le temps à une autre époque. Et puis…

Giovanni Princigalli, entouré d’Antonina Marra et de Lesly Velasquez (Crédit photo : © Héros Fragiles)

Suite

2018 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.