En lumière

Fantasia 2019

16 août 2019

< ÉVÈNEMENT >
Sophie Leclair-Tremblay

LES PERLES

Cette année encore, les cinéphiles furent propulsés au coeur des montagnes russes que proposaient cette 23e édition du Festival international de films Fantasia. Malgré une sélection pléthorique à l’allure inégale, tout était en place pour combler les indéfectibles, et certaines œuvres s’avérèrent être les secrets bien gardés du festival. Toutefois, plusieurs de ces perles ne furent présentées qu’une fois, engendrant possiblement une certaine frustration chez les cinéphiles désireux de visionner le chef-d’œuvre louangé par des amis.

Dare to Stop Us Suite

Présence autochtone 2019

7 août 2019

< FESTIVAL >
Luc Chaput

AVENUES D’AFFIRMATION

En cette année où bientôt la rue Amherst à Montréal changera finalement de nom et deviendra Atateken  (terme mohawk pour  fraternité), le festival Présence autochtone https://www.presenceautochtone.ca/fr, pour sa 29e édition, présente un aperçu foisonnant des diverses cultures de ces populations qui s’affirment de nombreuses manières dans un monde où les dérèglements climatiques menacent également leurs modes de vie.

Words from a Bear

Suite

Franco Zeffirelli (1923-2019)

17 juin 2019

< HOMMAGE >
Texte : Élie Castiel

D’UNE PROFONDE SENSIBILITÉ ESTHÉTIQUE


Il
rejoint le rang des Luchino Visconti et des Pier Paolo Pasolini, ces esthètes du cinéma italien qui conjuguent discrètement vie privée et images en mouvement. Issus de familles bourgeoises, catholiques; dans le cas de Pasolini, communiste imprégné d’un christianisme contestataire.
Suite

Jean-Claude Labrecque | 1938-2019

7 juin 2019

< HOMMAGE >

UN MONUMENT DU CINÉMA QUÉBÉCOIS 
Yves Laberge

Disparu le 31 mai 2019, Jean-Claude Labrecque était un « régulier » de Séquences : encore récemment, il faisait la couverture du n° 312 de janvier 2018 pour la sortie d’un documentaire lui étant consacré1.

Jean-Claude Labrecque aura pratiqué tous les métiers du cinéma : caméraman, réalisateur, monteur, producteur et bien d’autres. Mais surtout, le cinéaste a visualisé le Québec en le parcourant, en le filmant, en le recadrant, en explorant son imaginaire et sa réalité. Il est un des rares cinéastes québécois à avoir tourné partout au Québec, par exemple dans son court métrage Université du Québec (1972), qui montrait toutes les composantes régionales de ce réseau. Suite

Doubleurs et magouilleurs

1er juin 2019

< HUMEUR >
Sylvio Le Blanc

Pour maintenir leur marge de profits, les 12 (!) maisons de doublage dorénavant canadiennes1 (mais toutes situées sur l’île de Montréal) ont exigé de nos acteurs-doubleurs et techniciens (bien québécois, eux) qu’ils réduisent leur rémunération, ce qui fut fait2. Aujourd’hui, elles doivent trouver d’autres moyens pour affronter la concurrence et l’un d’eux consiste à faire appel à moins de doubleurs québécois (qui sont à payer) et à plus de doubleurs étrangers (qui ont déjà été payés dans leur pays d’origine) dans un doublage donné. Suite

Jean Beaudin | 1939-2019

21 mai 2019

Il vient de nous quitter. Peut-on parler d’un vide? Il ne tournait plus depuis Sans elle (2006). Et puis la relève, de plus en plus agressive qui ne permet pas aux valeurs d’antan de tourner comme elles auraient voulu alors que l’énergie et l’envie de le faire sont encore au rendez-vous. Budgets obligent, même si Fernand Dansereau et bientôt André Forcier persistent. Plutôt que de rendre hommage à Jean Beaudin comme dans la tradition, nous préférons le faire en publiant une entrevue menée par Luc Chaput lors de la sortie du Collectionneur (Séquences, nº 218, p. 39-40). La voici, intégralement.

JEAN BEAUDIN
Les enfants comme porte-bonheur

Suite

Des fiches incomplètes

16 mai 2019

< HUMEUR >
Sylvio Le Blanc

Il y a quelque temps, j’ai vu deux films à la télévision : Opération Anthropoïde (Anthropoid), avec Cillian Murphy, et Furie (Fury), avec Brad Pitt. Même si ces deux films ont été doublés au Québec [1], l’ex-Régie du cinéma du Québec n’a pas jugé bon d’enregistrer les titres québécois dans sa banque de données [2]. Conclusion : si vous cherchez les fiches de ces films par les titres québécois, vous ne les trouverez pas.

Pour un organisme public d’une province dont la seule langue officielle est le français, je trouve déconcertant qu’on ne se donne pas la peine d’enregistrer systématiquement les titres en français dans les fiches de films, permettant ainsi de retrouver ces dernières plus facilement.

La Loi sur le cinéma oblige les distributeurs à trouver un titre français à leurs films présentés en salle, mais pas aux autres (DVD, etc.). La loi devrait être rafraîchie, car les salles sont moins fréquentées qu’avant.

Mais ce qui choque le plus avec ces fiches concerne les films d’animation en langue étrangère. Pour les voix, on privilégie dans la section « Interprètes » les noms des doubleurs originaux (anglo-saxons et autres) plutôt que ceux des doubleurs québécois ou français [3]. Même cet organisme d’État nous incite à voir la version non doublée en français. Bienvenue au Québec français!

[1] http://www.doublage.qc.ca/p.php?i=162&idmovie=4519
http://www.doublage.qc.ca/p.php?i=162&idmovie=4168

[2] https://www.rcq.gouv.qc.ca/RCQ212AfficherFicheTech.asp?intNoFilm=401547
https://www.rcq.gouv.qc.ca/RCQ212AfficherFicheTech.asp?intNoFilm=387499

[3] https://www.rcq.gouv.qc.ca/RCQ212AfficherFicheTech.asp?intNoFilm=415029
http://www.rcq.gouv.qc.ca/RCQ212AfficherFicheTech.asp?intNoFilm=397511

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.