AccèsCulture

Les Ballets Jazz de Montréal

3 octobre 2019

Critique
| DANSE |
Élie Castiel

★★★★

Influences de l’altérité

Soirée exceptionnelle pour ce début de saison à Danse Danse. Comme il se doit, Les Ballets Jazz de Montréal ouvre le bal avec trois œuvres qui enchantent, décontractent, excitent, énergisent et donnent la chair de poule; mine de rien, elles permettent également aux artistes de s’éclater comme si la scène leur appartenait. 

Soul (© Sasha Onyshchenko)

Suite

L’homme de la Mancha

29 septembre 2019

Critique
| SCÈNE |
Élie Castiel

★★★★ ½

Rêver cet impossible rêve

Un début de saison exceptionnel au Théâtre du Rideau Vert. Voire même étincelant. Un metteur en scène extraordinairement inspiré, conscient des possibilités qu’offre son métier, à l’aise, comme d’habitude, dans la comédie musicale. Et une complicité avec les comédiennes et les comédiens qui persistent depuis ses débuts.

Jean Maheux (Don Quichote) et Éveline Gélinas (Dulcinéa) – © David Ospina (TRV)

Suite

Le meilleur des mondes

Critique
| SCÈNE |
Élie Castiel

★★★★

Et si c’était une nouvelle
dystopie des possibles

Titre on ne peut plus paradoxal, mais qui convient au Meilleur des mondes dans sa récente version TDP. Inadaptable, Brave New World, le roman d’Aldous Huxley? Dans sa forme littéraire, critique, intellectuelle, impossible car ce sont des idées sur le monde, la vie, la science, l’évolution et autres formes de dictatures qui s’imposent à l’être et qui sont racontées dans une forme analytique et dans le même temps prenante.

Et soudain, comme par magie, il devient possible pour Guillaume Corbeil, qui a lu le roman vers 13-14 ans (il le dit lui-même dans le programme de la soirée). Il y a, dans sa proposition, une urgence, un risque, une aventure qui se dirige dans toutes les directions, au début sans savoir vers où. Le temps vient et tout s’organise; le résultat se transforme en une petite œuvre théâtrale magnifiquement pédagogique, proche des étudiants à qui elle s’adresse. Directe, énergique, mélangeant le français universel et le québécois comme il devrait s’institutionnaliser parmi la population de notre territoire, nouveaux-venus compris.

Kathleen Fortin et Benoît Drouin-Germain (© Gunther Gumper)

Suite

Un poyo rojo

25 septembre 2019

SCÈNE >
Élie Castiel

★★★

Le sport favori de l’homme

Sur la scène de la grande salle du Centaur, un décor minimaliste, quelques accessoires, un vieille radio portative des années 1980 ou 1990 et comme lieu, le vestiaire (mieux dit : locker room) d’un établissement sportif. Deux hommes, et personne d’autre.   

Entre eux, une attraction mutuelle qui n’ose se prononcer, à moins que l’un d’eux fasse les premiers pas, les premiers gestes. Même si ces signes sont gauches, mal préparés puisqu’ils sont improvisés et instinctifs, impulsifs même. La personne à laquelle ils s’adressent ne semble pas répondre immédiatement. Suite

Honour: Confessions of a Mumbai Courtesan

18 septembre 2019

< À VOIR >
La rédaction

L’Inde interdite

Si vous n’y êtes jamais allé, le Teesri Dunya Theatre présente des spectacles sur scène, essentiellement des créations émanant de la diversité. Un autre moyen de donner l’occasion aux artistes d’ailleurs d’avoir un toit où s’exprimer.

L’Indienne Dipti Mehta a elle-même écrit le texte de Honour: Confessions of a Mumbai Courtesan. À l’heure où les #MoiAussi de ce monde font encore couler beaucoup d’encre, Mehta se penche sur un autre aspect sexuel, la prostitution en Inde. Pays des interdits, des extrêmes, et là où la femme est encore un objet convoité même si les mentalités tendent à changer, mais à pas de tortue, cependant. Dans ce spectacle, l’auteures-artiste expose les diverses facettes du métier selon une approche intergénérationnelle.

Par le biais de la performance qui allie différents types de disciplines, comme le Mahabharata classique et le Bollywood, on s’infiltre dans les quartiers chauds de la ville, découvrant les eunuques, les proxénètes, la vie familiale dans les bordels alors que les mères et les filles pratiquent souvent le même métier.

Un solo présenté au Teesri Dunya Theatre du 3 au 6 octobre 2019

Avertissement
Interdit aux moins de 13 ans

The Pianist of Willesden Lane

17 septembre 2019

CRITIQUE
| SCÈNE |
Élie Castiel

★★★★

Pièces achevées pour pianos classiques

Le livre de Mona Golabek et Lee Cohen est avant tout un récit sur la filiation, sur la relation mère-fille, sur le rapport à l’art et plus que tout, sur la préservation de l’âme artistique. Mona Golabek est seule sur la scène du Centre Segal. En guise d’accompagnement, un décor où se manifestent les différents moments clés d’une aventure humaine marqué par la haine de l’autre (ici, le temps de l’Holocauste).

© Hershey Felder Presents

Suite

Les louves

CRITIQUE
| SCÈNE |
Élie Castiel

★★★ ½

Les nouvelles Amazones

Lorsque Dominique Leduc (rôle de Maman) entre en scène et dit son désarroi, sa douleur, ce sentiment de perte irrévocable, c’est à ce moment que l’art d’interprétation reprend ses droits, illumine la scène, rejoint le spectateur jusqu’à lui faire oublier ses doutes ou encore mieux son intrusion en territoire inconnu.

Effectivement, neuf amazones, neuf guerrières, toutes des millénariales, entre 16 et 17 ans, toute prêtes à tout pour affronter l’équipe rivale en foot (autrement dit, soccer). Ici, il est question des multiples pratiques et réchauffements avant La Game. Moments propices à valider leur virilité acquise depuis des années, sans doute dès l’enfance. Signes d’un nouveau temps où les genres n’ont plus aucun sens. Le féminin se juxtapose au masculin, mais par vice-versa (c’est bien bizarre).

N’est-ce pas là une façon de confirmer que la force, le pouvoir, la domination, l’agression, la quête éperdue de la victoire est ce qui compte le plus en société.? En quelque sorte, des valeurs autrefois masculines qui se trouvent aujourd’hui dans le domaine de tous les possibles.

Étrange pièce que celle de Sarah Delappe, gagnante de plusieurs récompenses, justement parce qu’elle est totalement au diapason de son époque, collée à son temps. Elle est sans concessions, impudique, morale dans le même temps. Elle expose des jeunes femmes qui ont déjà décidé de leur avenir ou du moins prétendent.

© Yanick Macdonald

Suite

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.