AccèsCulture

Flicker / Dancers of Damelahamid

15 novembre 2017

CRITIQUE
| Danse |
Élie Castiel

★★★  ½

CRÉATURES TERRESTRES

Dans Flicker, il n’est surtout pas question de nouvelle danse, mais d’une rencontre avec des danseurs des Premières Nations, et plus particulièrement le peuple Kanien’kehaka. Pendant plus d’une heure, nous sommes les témoins d’un processus d’indentification entre l’être et la nature à travers quelques tableaux doux, d’une lenteur élégiaque, sacrée, spirituelle, transcendant la physicalité de l’humain pour qu’il puisse finalement s’apparenter à la nature qui l’entoure, à ses bruits et à ses créatures animales.

Dans le cas du peuple Kanien’kehaka, les représentants
nous offrent une occasion unique de nous familiariser à cette
culture par le biais de pas aussi puissants que raffinés, rappelant
d’une certaine façon les charmantes danses malaysiennes,
vietnamiennes ou même encore cambodgiennes.
Grâce et quintessence sont au rendez-vous.

D’où ces costumes et ses parures hors du temps, revendiquant en même temps une culture perdue, oubliée, colonisée et dépossédée. L’occidentalisation n’est pas pour ainsi dire refusée, mais au contraire, elle est respectée tant qu’elle accepte ces anciens rituels proches des Cieux. Entre paganisme et modernité, la chorégraphe Margaret Grenier retient surtout la conformité des moments, l’harmonie des gestes, la complexité des rapprochements et plus que tout, la symbiose entre l’indicible céleste et la transparence terrestre.

Le fond de la scène, montrent trois écrans qui changent de représentations rappelant en quelque sorte ce qui se fait à l’ONF. Il y a quelque chose de tendrement naïf dans cette approche, et elle nous émeut, parce que vraie, sans explications philosophiques. Il y a le chant, la danse et, entre ces deux formes de la représentation, une sorte de miroir du monde, un chant de paix et d’entente entre les Humains.

DANSE_Flicker

© Derek Dix

Flicker est en même temps fable, allégorie, symbolique, conte sur la sagesse, tout à la fois. Le spectateur ressort totalement reconverti, respirant à pleins poumons. Le récit : la quête initiatique d’un jeune homme (brillant danseur Nigel Grenier), cherchant sa voie, son potentiel de socialisation. Ce parcours le guide vers le monde des êtres et des animaux.

Ne cherchant pas à comprendre. Les légendes des Premières Nations sont autant de contes que des messages. Dans le cas du peuple Kanien’kehaka, les représentants nous offrent une occasion unique de nous familiariser à cette culture par le biais de pas aussi puissants que raffinés, rappelant d’une certaine façon les charmantes danses malaysiennes, vietnamiennes ou même encore cambodgiennes. Grâce et quintessence sont au rendez-vous.

Séquences_Web

Chorégraphie : Margaret Grenier – Musique : Andrew Grenier – Chant Cri : Lawrence Trottier – Multimédia : Andy Moro – Conception graphique : Shaun Kingerlee – Visuels et masques : Andrew Grenier – Son : Ted Hamilton – Dramaturgie : Charles Koroneho – Ornements et Costumes : Rebecca Baker – Danseurs : Margaret Grenier, Nigel Greier, Kristy Janvier, Rebecca Baker, Jeanette Kotowich – Production : Danse Danse, en coproduction avec Mai (Montréal, arts interculturels).

Représentations
Jusqu’au 18 novembre 2017
Durée
1 h 20 (sans entracte)
Place des Arts (Cinquième salle)

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel.  ★★★★ Très Bon.  ★★★ Bon.  ★★ Moyen.   Mauvais. ½ [Entre-deux-cotes]

Bad Jews

14 novembre 2017

CRITIQUE
| Théâtre |

Élie Castiel

★★★★   

LE JUIF DANS LA CITÉ

Avouons tout de go que la distribution de Bad Jews est exceptionnelle, tant chacun des comédiens se plie admirablement bien aux caprices d’une pièce aussi controversée que drôle et dramatique. Oui, le ton est grave car ici, il n’est pas simplement question d’une parcelle d’héritage, mais d’appartenance, de mémoire, de dignité, de rapport aux origines.

Il y a d’abord des dialogues incisifs, souvent grossiers, parce qu’en privé, mis à part quelques exceptions, c’est de cette façon que les gens parlent, particulièrement lorsqu’il est question de partage de biens laissés par un proche décédé. L’argent et les biens précieux n’ont pas d’odeur.

D’une part, Bad Jews nous rappelle que les rapports entre membres d’une famille se transforment en négociations d’ordre économique lorsqu’il s’agit de débattre sur les clauses d’un testament. Mais cela n’a absolument rien à voir avec la race ou la religion ; cela fait partie de la condition humaine.

TH_Bad Jews

L’ensemble des comédiens (de gauche à droite) : Sarah Segal-Lazar, Jake Goldsbie, Jamie Elman et Ellen Denn>> © Leslie Schachter

Suite

L’Iliade

12 novembre 2017

CRITIQUE
| Théâtre |
Élie Castiel

★★★★★

SUBLIME !

Non pas une tragédie, mais un poème tragique, des mots pour raconter la fameuse Guerre de Troie et le subterfuge du célèbre Cheval. Grecs contre Troyens, individus-dieux qui ont pour noms Menelas, Pâris, Diomedes, Odysseus, Nestor, Achilles et non pour le moindre Agmemnon, et Cassandre, Andromaque. Hommes et femmes qui convoquent leurs Dieux et les situent à leurs propre images et à celles des citoyens. Les Hommes décident par la volonté qu’ils exercent sur les déités. Le texte d’Homer devient la métaphore de la condition humaine, vit à travers les siècles et se traduit dans d’innombrables langues.

TH_L'Iliade

Emmanuel Schwartz (au centre) > > © Gunther Gamper

Suite

Antioche

9 novembre 2017

CRITIQUE
| Théâtre |
Élie Castiel

★★★★ 

LES MUSES ORPHELINES

Oui, tout à fait, elles sont abandonnées. Les hommes leur ont volé la parole. C’est pour cette raison, avant tout, que Antioche est un texte écrit au féminin, un cri du cœur et de l’âme exprimé à travers les vers de la poésie antique, l’exubérance de la jeunesse d’aujourd’hui et la maturité de l’âge adulte. Trois femmes, trois époques. Un mélange d’époques et de cultures. Des prénoms venus d’ailleurs : Inès, Jade et de très loin dans le temps, Antigone, qui, miraculeusement, par le biais d’une mise en scène, pour les circonstances, multiforme, transforme le temps et réinvente la notion d’intemporalité. Grâce aussi au texte libérateur de Sarah Berthiaume, octroyant au féminin une faculté d’articulation contagieuse.

TH_Antioche

Sarah Laurendeau (Antigone), à gauche; Sharon Ibgui (Inès, la mère), au centre, et Mounia Zazhzam (Jade, la fille d’Inès), à droite  >> ©  Marie-Andrée Lemire

 

Suite

Valery Gergiev / Denis Matsuev

7 novembre 2017

À VOIR
| Musique |
Élie Castiel

LA MUSIQUE ADOUCIT LES MOEURS

Si en politique, les rapports entre la Russie et l’Occident sont plutôt délicats en ce moment, force est de souligner que dans le domaine de la culture, l’ex-Union soviétique, aujourd’hui d’une modernité remarquable dans toutes les disciplines, manifeste une vitalité qui ne dément pas. Le Bolchoï brille, la musique classique continue d’enivrer les cœurs et l’âme de ceux, de plus en plus nombreux, qui affectionnent cette forme musicale éternelle.

Valery Gergiev

Valery Gergiev

Au menu : Une vie de héros (de R. Strauss) ; Concerto pour piano nº 2 (de Chtchedrine) et L’oiseau de feu, Suite / 1919 (de Stravinski). Suite

Grand Finale

1er novembre 2017

CRITIQUE /
DANSE
Texte : ÉLIE CASTIEL

★★★★  ½

LES MURS DES LAMENTATIONS

D’une farouche énergie, totalement possédés par les démons de la danse, imiscés dans un monde à part, irréel, surréaliste. Là où l’improvisation est une forme d’art en soi. Les danseurs de la Hofesh Shechter Company s’éclatent dans une scène qui les accueillent à bras ouverts.

Des musiciens font aussi partie du décor, un agencement de murs gris et noirs sur fond de nuages aveuglants qui se déplacent selon les circonstances, sans doute, comme les danseurs, de façon improvisée, au naturel. C’est à un petit miracle scénique que nous assistons, agréablement désorientés et tout aussi éblouis devant un tel spectacle vertigineusement innovateur.

DANSE_Grand Finale

© Rahi Razvani

Suite

Mario Frangoulis

RENCONTRE
| Concert |
Propos recueillis et
traduits de l’anglais
par Élie Castiel

FRANGOULIS L’HÉLLÈNE

Il donnera un concert (intime) au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts jeudi 9 novembre 2017 à 20 h. Il s’agit de Mario Frangoulis, beaucoup plus connu en Europe qu’ici, sauf, bien entendu, par les Grecs de Montréal et du Canada et par ceux qui s’intéressent de près ou de loin à l’art lyrique. L’artiste a eu la gentillesse de nous appeler d’Athènes il y a quelques jours. Nous avions peu de temps devant nous, mais assez pour parcourir certaines questions sur la dynamique culturelle d’une Grèce, par les temps qui courent, en devenir.

Sauf s’il s’agit de s’adresser à la Communauté hellénique, les artistes grecs ont du mal à s’exporter au Canada, voire même au Québec. Mais lorsqu’il s’agit d’un ténor, on est en droit de s’inquiéter.
Oui, effectivement. En Europe, le marché est plus ouvert puisque nous faisons partie de l’Union européenne et que des échanges culturels ont lieu régulièrement. D’autant plus que la Grèce, à travers le temps (et la crise) s’est de plus en plus « europanéiser ». En Amérique du Nord, il y a la barrière de la langue. Mais il me semble juste de souligner que cela ne s’applique pas uniquement à la Grèce, mais à des communautés issus d’ailleurs, comme le Portugal, l’Italie, la Roumanie et bien d’autres. De fait, des barrières existent. Dans le cas de la France, il est évident que la questions ne se pose pas.

Dans tous les domaines de la culture, le cinéma,
le théâtre, la musique, la peinture et dans d’autres
disciplines artistiques, la Grèce est riche de
nouveaux talents et rien n’arrête les créateurs.

Suite

2017 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.