En salle à Montréal

Disobedience

17 mai 2018

| PRIMEUR |
Semaine du 18 au 24 mai 2018

RÉSUMÉ SUCCINCT
Juive orthodoxe, une jeune femme retourne chez elle après la mort de son père. Ce retour lui donne l’occasion d’avouer son amour pour une amie d’enfance, aujourd’hui mariée et issue de la même communauté.

COUP DE CŒUR
| Élie Castiel |

★★★★

Liberame

Première incursion en langue anglaise pour le cinéaste chilien Sebastián Lelio (Une femme fantastique / Una mujer fantástica), Disobedience lorgne du côté de la communauté hassidique londonienne, rarement vue à l’écran et présentée ici selon le regard d’un doublement intrus, de surcroît, pas Juif, et avec une vision laïque des choses. Le regard de l’autre est donc confronté à une autre culture dont il ne connaît rien, ou presque, sauf d’avoir lu le roman de Naomi Alderman, ayant, quant à elle, grandi dans une famille juive orthodoxe, et de la coscénariste Rebecca Lenkiewicz (entre autres, de l’admirable Ida de Pawel Pawlikowski).

De nouveau, portrait(s) de femme(s), l’une libre, l’autre presque pas. Deux visions de la vie que le réalisateur entraîne dans un univers faussement dystopique, car une fin heureuse ne peut avoir lieu, par choix, par les forces du hasard, ou peut-être bien, et mieux encore, laissant une fin ouverte, quitte à laisser le spectateur envisager sa propre conclusion. D’une part, la trame narrative s’accorde admirablement bien avec le drame sentimental, casse-gueule évident qu’évite Lelio en évitant de son mieux les clichés associés au genre. La caméra de Danny Cohen (très en demande dans les téléséries) n’a d’yeux que pour les deux protagonistes féminines (Rachel Weisz – Ronit – formidable dans sa détermination et liberté de mouvement, et Rachel McAdams – Esi – toute en retenue, frôlant le scandale à tout moment).

La tristesse que le film engendre nous
laisse une sensation
de profonde
béatitude, comme un rituel profane réinventé.

Mais Lelio est clair dans sa description de l’homosexualité : elle existe dans tous les milieux, toutes les confessions, tous les rangs, et partout dans le monde, sans aucune exception, et depuis la nuit des temps. On ne peut le nier. La politique de l’autruche n’opère pas, et le déni n’est en soi qu’un manque d’éthique et de l’ignorance. C’est ce qui explique en quelque sorte le geste final émouvant de Dovid, le mari (magnifiquement incarné par Alessandro Nivola) envers sa femme. Entre vivre la foi et vivre sa vie, quelle option choisir lorsque les deux sont incompatibles, du moins aux yeux de certains de ceux qui nous entourent? Clamer sans faire de bruit sa liberté, c’est en quelque sorte ce que le film propose.

C’est là le questionnement dans le roman d’Alderman et le film de Lelio. Mais la bataille qu’on décide de livrer, comme c’est le cas dans Disobedience, laisse un goût amer, une sensation de néant, créant une sorte de mélancolie qui ne nous quitte jamais. Désobéir ou pas? Fuir ou rester? Car il ne s’agit pas ici de succomber à la tentation de la transgression, mais de suivre le chemin naturel de son orientation.

L’effet que procurait Une femme fantastique n’est pas aussi virulent dans Disobedience. En revanche, la tristesse que le film engendre nous laisse une sensation de profonde béatitude, comme un rituel profane réinventé.

Sortie : vendredi 18 mai 2018
V.o. : anglais; s.-t.f.
Désobéissance

Réalisation
Sebastián Lelio

Genre : Drame
Origine : Irlande / Grande-Bretagne
Année : 2017
Durée : 1 h 54
Dist. : Métropole Films

Horaires & info.
@ Cinéma du ParcCineplex

Classement
Tout public
(Déconseillé aux jeunes enfants)

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon. ★★ Moyen. Mauvais. ½ [Entre-deux-cotes]

2018 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.