AccèsCulture

The 39 Steps

20 novembre 2017

CRITIQUE
[ théâtre ]
Élie Castiel

★★★ ½

UNE DÉLICIEUSE PARODIE

Du film d’Alfred Hitchcock, Patrick Barlow a retenu les lignes principales, conscient qu’au théâtre, certaines séquences sont inadaptables. Idem pour le réalisateur, qui avait puisé ses sources à partir du roman de John Buchan.

Toujours est-il que la mise en scène d’Eda Holmes, également nouvelle directrice du Centaur, opte allègrement pour la parodie, le ton comique, la farce vaudevillesque, en accord avec les pièces de divertissement. Et ça ne peut que nous plaire.

TH_The 39 Steps

© Andrée Lanthier

Car ici, l’interprétation est le noyau du récit, une histoire rocambolesque qui nous séduit, nous désoriente (c’est là un des buts du théâtre), nous envoûte et finit par nous laisser un goût de bien-être qui se répand partout.

Quatre comédiens pour un spectacle totale où les années 30 sont superbement représentées, tant par le décor faussement art-déco que par le charme désuet et le climat chaleureux de l’époque. Mais assaisonné à la sauce Hitchcock, cela donne un crime. Et comme tout British qui se respecte, c’est à prendre à la légère. Après tout, c’est de la fiction. Les jeux de gestuelle, les combats proprements chorégraphiés et un amour de la scène émanent autant des personnages que de la mise en scène.

Andrew Shaver est simplement une bête de scène, comme
si cet espace dramatique était pour lui un habitat naturel.

La musique de Keith Thomas est agréable, rappelant les années folles 1920, prolongées jusqu’aux années 30. Une histoire d’amour s’impose, tout d’abord incertaines dû aux soupçons des deux parts, une enquête qui ne mène nulle part et, suivant la méthode hitchcockienne, une finale inattendue qui, au-delà de la surprise, positionne le suspens comme faisant partie de la condition humaine, selon la pensée que « tout peut arriver à n’importe quel moment ».

Après tout, c’est ainsi que va la vie. Soulignons finalement que Andrew Shaver est simplement une bête de scène, comme si cet espace dramatique était pour lui un habitat naturel.

Séduisant, impertinent et divertissant !

Séquences_Web

THE 39 STEPS
Auteur : John Buchan – Adaptation : Patrick Barlow, d’après le fim d’Alfred HitchcockMise en scène : Eda Holmes, assistée de Cristina Cugliandro – Décors/Cost. : Michael Gianfrancesco –Éclairages : Andrea Lundy – Musique/Son : Keith Tomas – Chorégraphie des combats : Anita Nittoly – Distribution  : Lucinda Davis, Trent Pardy, Amelia Surgisson, Andrew Shaver – Production : Centaur Theatre Company

Durée
2 h 15 (incl. 1  entracte)
Représentations
Jusqu’au 10 décembre 2017 – Centaur

MISE AUX POINTS
★★★★★
Exceptionnel.  ★★★★ Très Bon.  ★★★ Bon.  ★★ Moyen.   Mauvais. ½ [Entre-deux-cotes]

2018 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.